2 min de lecture Migrants

Stockholm : des dizaines d'hommes masqués agressent des migrants

Un groupuscule néo-nazi a molesté des réfugiés sur une place piétonne de la capitale. Une enquête pour "association en vue de commettre des violences aggravées" doit permettre d'identifier les auteurs.

Stockholm : des hommes masqués agressent des migrants
Stockholm : des hommes masqués agressent des migrants Crédit : AFP
Emeline Le Naour et AFP

Sur la grande place piétonne de Sergels Torg à Stockholm, vendredi 29 janvier dans la soirée, des témoins ont assisté à une scène d'une rare violence. Entre 50 et 100 hommes habillés de noir et masqués se sont jetés sur les migrants et les ont violemment frappés. Soupçonnés d'appartenir au milieu hooligans et néo-nazi, ces dizaines d'hommes avaient pris rendez-vous à cet endroit de la capitale suédoise où se croisent jeunes, marginaux et migrants mineurs non accompagnés.

D'après des témoins interrogés par le quotidien Aftonbladet, les agresseurs ont molesté "des personnes d'apparence étrangère" et distribué un tract non signé appelant à infliger aux "enfants des rues nord-africains le châtiment qu'ils méritent". "Je passais, j'ai vu un groupe habillé en noir, masqué qui a commencé à frapper des étrangers", a raconté un témoin. J'ai vu trois personnes molestées". Informées d'un "projet d'agression de migrants mineurs non accompagnés dans le centre de Stockholm", les autorités avaient déployé d'importants moyens avec la présence au sol d'unités anti-émeutes et le survol du centre par des hélicoptères.

Une enquête pour identifier les donneurs d'ordre

Si aucune plainte de victimes potentielles n'a été déposée, un homme de 46 ans a été arrêté après avoir porté un coup au visage à un policier en civil. Trois personnes âgées d'une vingtaine et d'une trentaine d'années ont été interpellées pour trouble à l'ordre public puis relâchées. Une autre, porteuse d'un couteau, sera poursuivie pour port d'arme prohibé. Une enquête pour "association en vue de commettre des violences aggravées" doit permettre d'identifier les personnes ou les organisations à l'initiative des violences. 

Le site internet Nordfront, vitrine du mouvement néo-nazi SMR, affirmait vendredi 29 janvier tenir de "sources sur place" qu'une "centaine de hooligans" des clubs AIK et Djurgården s'apprêtaient à "faire le ménage parmi les criminels immigrés d'Afrique du nord". Les sources policières citées par le quotidien Aftonbladet confirment les soupçons pesant sur ces groupes radicaux. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Migrants Extrême droite Violences
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants