1 min de lecture CIA

Snowden dépose des demandes d'asile dans 21 pays

Le lanceur d'alerte sur le système d'espionnage Prism, Edward Snowden, demande l'asile à 21 pays et accuse les États-Unis de faire pression auprès des gouvernements concernés.

Edward Snowden est soutenu par le Parti pirate, ici en Allemagne lors d'une manifestation.
Edward Snowden est soutenu par le Parti pirate, ici en Allemagne lors d'une manifestation. Crédit : CC Mike Herbst (via Flickr)
micro générique
La rédaction numérique de RTL

L'Islande, la Chine, l'Équateur, Cuba ou encore l'Allemagne et la France, voilà un court aperçu des pays dans lesquels l'ancien consultant de la NSA a déposé ses 21 demandes d'asile politique. Edward Snowden est toujours en Russie, dans la zone de transit de l'aéroport de Moscou Cheremetievo, et c'est de là qu'il fait parvenir ses communiqués.

Tractations entre Washington et Moscou

Épaulé par Wikileaks depuis le départ, l'informaticien en exil temporaire à Moscou depuis le 23 juin accuse Barack Obama de "faire pression sur les dirigeants" auprès desquels il cherche refuge. Par la voix de l'avocate de Wikileaks, Sarah Harrisson, il déplore que le président américain soit en train de lui appliquer "la sanction illégale" de l'exil. Il indique par ailleurs qu'il a formulé à la Russie une demande d'asile dimanche 30 juin au soir.

Les Russes rappellent qu'ils ne "livrent jamais personne", et que Snowden peut rester sur leur territoire à partir du moment où l'informaticien cesse toute activité contre les États-Unis, ce qu'il ne semble pas être prêt à faire. De fait, l'ancien consultant renonce à sa demande en Russie. De son côté, Washington a annulé le passeport de cet ancien consultant de la NSA, et l'a inculpé d'espionnage.

Les deux pays "n'ont pas bien sûr une solution qui satisfasse chacune des parties, c'est pourquoi ils ont chargé le directeur du FSB et celui du FBI d'être en contact permanent" pour "régler le cas Snowden", indique Nikolaï Patrouchev, du Service fédéral de sécurité russe.

À lire aussi
Le siège de la CIA à Langley aux États-Unis. renseignement
États-Unis : la CIA recrute et cible des jeunes issues de minorités

Le lanceur d'alerte a également formulé des demandes d'asile au Venezuela, à l'Inde, au Brésil, la Suisse, l'Italie ou encore l'Irlande  Dans une lettre en espagnol publiée lundi, il remercie en particulier le gouvernement équatorien "pour son soutien" grâce auquel il "reste libre".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
CIA Affaire Snowden Espionnage
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants