1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. "Si Mossoul est prise, Daesh ne tiendra plus aucune ville en Irak", estime un spécialiste
1 min de lecture

"Si Mossoul est prise, Daesh ne tiendra plus aucune ville en Irak", estime un spécialiste

INVITÉ RTL - L'armée française a envoyé ses Rafale au-dessus de l'Irak pour bombarder l'État islamique.

Des soldats irakiens, près de Mossoul, le 17 août 2014.
Des soldats irakiens, près de Mossoul, le 17 août 2014.
Crédit : AHMAD AL-RUBAYE / AFP
"Si Mossoul est prise, Daesh ne tiendra plus aucune ville en Irak", estime un spécialiste
04:51
"Si Mossoul est prise, l'État islamique ne tiendra plus aucune ville en Irak", estime un spécialiste
04:52
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier

Ce vendredi 30 septembre, le porte-avions de la Marine nationale française, plus connu sous le nom de Charles-de-Gaulle, a envoyé ses Rafale au-dessus de l'Irak. Michel Goya, ancien colonel des Troupes d'infanterie de Marine, détaille l'objectif de cette mission. "La mission n'est guère différente de celle des autres forces françaises, qui sont déjà sur place. Il s'agit d'aller frapper au cœur de l'État islamique et d'appuyer les forces au sol qui sont engagées dans la reconquête de la ville de Mossoul (Irak)."

Pour Michel Goya, il n'y a pas de doute. La France prépare une offensive terrestre. "Le Charles-de-Gaulle sera à Mossoul pendant un mois environ, mais il y a également une batterie de l'artillerie française, qui est sur place, actuellement à 60 kilomètres au sud de Mossoul, avec quatre gros canons de 155 millimètres." Ce dispositif s'ajoute à de nombreuses forces françaises déjà implantées sur cette zone sous tension du Proche-Orient. "De manière permanente, il y a une douzaine d'appareils de combat, concrètement douze Rafale basés aux Émirats-Arabes ou en Jordanie. Pendant un mois, on vient de rajouter 24 Rafale de plus."

La France représente entre 5 et 10% de l'effort total de la coalition

Michel Goya, ancien colonel des Troupes d'infanterie de Marine

Pour cet ancien colonel des troupes d'infanterie, reprendre Mossoul est important parce que "c'est la deuxième ville d'Irak, capitale économique de l'État islamique. Si Mossoul est prise, on pourra considérer que l'État islamique ne tient plus aucune ville militairement en Irak, ce qui ne veut pas dire qu'il sera vaincu." Au sein de la coalition internationale, la France représente "entre 5 et 10% de l'effort total de la coalition, ce n'est pas négligeable, mais cela reste marginal", conclut Michel Goya.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/