2 min de lecture Faits divers

Russie : une "usine à trolls" pro-Kremlin devant la justice à Saint-Pétersbourg

"Ils ont fait semblant de ne pas exister. Pour la première fois, ils sont sortis de l'ombre" a déclaré une ancienne employée de l'organisme chargé de la propagande pro-Poutine.

Vladimir Poutine à Saint-Pétersbourg, le 16 mars 2015.
Vladimir Poutine à Saint-Pétersbourg, le 16 mars 2015. Crédit : ANATOLY MALTSEV / POOL / AFP
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Une officine oeuvrant sur internet à la propagande pro-Kremlin, plus connue en Russie comme "usine à trolls", est sortie pour la première fois de l'ombre mardi devant un tribunal de Saint-Pétersbourg où elle est poursuivie par une ancienne employée.

"Nous sommes prêts à conclure un accord à l'amiable avec la plaignante Lioudmila Savtchouk", a déclaré Ekaterina Nazarova, avocate représentant la mystérieuse "Agence d’investigation de l'internet". Infiltrée en tant que salariée dans cette société chargée, selon elle, de la propagande pro-Kremlin sur internet, Lioudmilla Savtchouk, 34 ans, avait été licenciée après avoir été démasquée.

Ils ont fait semblant de ne pas exister. Pour la première fois, ils sont sortis de l'ombre

Lioudmilla Savtchouk
Partager la citation

Elle avait alors porté plainte contre son ancien employeur pour "attirer l'attention de la société sur les trolls et les forcer à sortir de l'ombre". Elle réclamait le versement d'un mois de salaire impayé et a accusé l'agence de ne pas conclure de contrats de travail avec ses employés, payés au noir.

"Je suis très contente, ils ont fait semblant de ne pas exister. Pour la première fois, ils sont sortis de l'ombre", a déclaré Mme Savtchouk après l'audience. L'avocate de "l'Agence d'investigation de l'internet" s'est refusé à tout commentaire. Militante pour le droit à l'informaton, Lioudmila Savtchouk avait travaillé pour cette agence pendant deux mois, jusqu'en mars 2015, tenant plusieurs blogs sur LiveJournal, une plateforme virtuelle.

À lire aussi
international
Les États-Unis et la République tchèque, pays "inamicaux" pour la Russie

Sur chacun de ses blogs, où elle endossait alternativement l'identité d'une femme au foyer, d'une étudiante ou d'un sportif, la jeune femme publiait des articles positifs sur la vie en Russie, agrémentés de quelques allusions politiques. L'autre partie de son travail consistait à laisser des commentaires sur des forums de discussion ou des sites d'actualité, une centaine par jour en moyenne. Après avoir été démasquée et licenciée, elle avait dénoncé les activités de l'agence dans plusieurs interviews à la presse russe et étrangère, notamment l'AFP, sans préciser alors "pour des raisons de sécurité" qu'elle s'y était infiltrée exprès.

L'utilisation de ces "trolls" informatiques est allée crescendo depuis un an au rythme du conflit en Ukraine et de la crise entre la Russie et les Occidentaux, qui accusent Moscou de soutenir militairement les séparatistes ukrainiens prorusses, ce que le Kremlin dément. Le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, avait assuré récemment que le Kremlin n'avait rien à voir avec cette "Agence d'investigation de l'internet".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Internet Russie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants