1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Russie : Poutine annonce le renforcement de la frappe nucléaire
1 min de lecture

Russie : Poutine annonce le renforcement de la frappe nucléaire

Le président russe Vladimir Poutine a annoncé mardi le renforcement de la frappe nucléaire nationale en réponse au projet américain d'installation d'armes lourdes en Europe de l'est.

Vladimir Poutine le 2 juin 2015.
Vladimir Poutine le 2 juin 2015.
Crédit : PAVEL GOLOVKIN / POOL / AFP
Julien Quelen & AFP

Lors de l'ouverture d'un salon militaire près de Moscou, Vladimir Poutine a annoncé l'extension de la frappe nucléaire russe. "Cette année, plus de 40 nouveaux missiles balistiques intercontinentaux, capables de résister aux systèmes de défense antiaérienne les plus sophistiqués, seront déployés au sein des forces nucléaires russes", a ainsi déclaré le chef de l'État. Après une autre déclaration au sujet de la prochaine mise en service d'un nouveau sous-marin lanceur d'ogives nucléaires, le président russe a justifié le renfort en faisant référence au projet américain d'installation d'armes lourdes en Europe de l'est. 

"Si quelqu'un place sous la menace certains de nos territoires, nous devons pointer nos forces armées et notre force de frappe vers les territoires d'où vient la menace", a-t-il déclaré, provoquant la condamnation de l'Otan. "C'est injustifié, c'est déstabilisant et dangereux", a ainsi fait savoir Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l'organisation politico-militaire. 

la crainte d'une nouvelle Guerre froide se dessine

Par ailleurs, le secrétaire américain John Kerry a également réagi aux propos de Vladimir Poutine, avec des propos forts faisant directement allusion au spectre de la Guerre froide. "Nous avons eu une énorme coopération depuis les années 1990 en matière de destruction des armes nucléaires qui se trouvaient sur les anciens territoires de l'Union soviétique et personne ne veut que nous fassions marche arrière", a-t-il ainsi déclaré. 

L'Otan, directement accusé par le gouvernement russe, s'est pour le moment contenté de faire valoir son droit de "prépositionner" des équipements sur sa frontière orientale. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/