3 min de lecture International

Résultats européennes 2014 : le triomphe du Front national en France, symbole de la poussée des extrêmes

Les résultats des élections européennes ont démontré la montée de l'extrême droite en Europe.

Les drapeaux des États membres de l'Union européenne, devant le Parlement
Les drapeaux des États membres de l'Union européenne, devant le Parlement Crédit : JOHANNA LEGUERRE / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le triomphe ce dimanche 25 mai du Front national en France, un véritable séisme politique  a illustré la forte poussée de l'extrême droite et des europhobes aux élections européennes, même si la droite conservatrice garde le plus grand nombre d'élus au Parlement.

Les europhobes de l'Ukip britannique étaient eux aussi largement en tête avec un score historique de 29% sur deux tiers des régions. Son chef de file Nigel Farage a promis un "séisme". En France, profitant de l'impopularité record des socialistes au pouvoir, le Front national de Marine Le Pen est devenu le premier parti avec un score historique de 25,4%, selon des résultats quasi-définitifs. Il décrocherait 23 à 25 sièges sur les 74 accordés à la France, un des pays fondateurs de l'UE.

William Hague "inquiet" de la victoire du FN

Le FN devance largement l'opposition de droite UMP (20,8%), alors que le Parti socialiste subit une nouvelle déroute avec moins de 14% des suffrages. Mme Le Pen a immédiatement appelé le président François Hollande à "organiser des nouvelles élections".

Le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, s'est dit "inquiet" de la victoire du FN. Interrogé pour savoir s'il s'agissait d'un "parti raciste", il a répondu : "Oui, et je pense que nous devrions être inquiets face à de tels développements dans le reste de l'Europe".

À lire aussi
Un test de dépistage dans un hôpital du Michigan aux États-Unis en mars 2020 États-Unis
Coronavirus aux États-Unis : "Ça devient comme en Italie", s'alarme une infirmière

Selon une nouvelle projection communiquée dans la nuit de ce dimanche à lundi par le Parlement européen, les conservateurs du Parti populaire européen (PPE) restent en tête avec 212 sièges sur 751, contre 186 pour les socialistes. Les Libéraux obtiendraient 70 eurodéputés, suivis par les Verts (55). Les quatre partis pro-européens passent de 612 à 523 sièges. Quant aux différents partis europhobes, qui ne constituent pas un bloc homogène, ils compteraient au total plus de 140 députés.

Forte poussée de l'extrême droite en Europe

En Allemagne, qui envoie le plus fort contingent d'élus au Parlement européen (96), les conservateurs (CDU/CSU) de la chancelière Angela Merkel sont arrivés en tête, d'après des sondages sortie des urnes.

Mais le nouveau parti anti-euro AfD, qui plaide pour une dissolution de la monnaie unique, fera son entrée au Parlement avec un score d'environ 7%. En Autriche, le parti d'extrême droite FPÖ, qui espère constituer un groupe avec le FN, progresserait nettement et arriverait en troisième position, avec près de 20% des suffrages, en hausse de plus de cinq points par rapport à 2009.

Au Danemark, c'est le Parti populaire, formation anti-immigration, qui est arrivé en tête avec près de 27% des voix. Un petit parti europhobe polonais, le Congrès de la nouvelle droite (KNP), a obtenu 7,2% des voix et pourrait envoyer quatre députés au Parlement européen. En Hongrie, le scrutin a été largement dominé par le parti conservateur Fidesz du dirigeant Viktor Orban, mais l'extrême droite ultra nationaliste du Jobbik arrivait en deuxième position avec près de 15% et trois sièges.

Même des néonazis

La forte poussée de l'extrême droite en Europe se traduit aussi par l'entrée du parti néonazi grec Aube dorée au Parlement. Crédité de 9 à 10% des voix, il pourrait envoyer trois élus à Strasbourg. En Grèce, l'euroscepticisme se traduit aussi par l'arrivée en tête du parti de la gauche Syriza d'Alexis Tsipras, qui obtiendrait six sièges, contre cinq à Nouvelle démocratie (droite), le parti au pouvoir.

En Espagne, les deux grands partis traditionnels, le Parti populaire de droite, et le Parti socialiste, ont connu une débâcle au profit de petites formations comme Podemos, né de la mouvance des indignés, qui obtient cinq sièges. Mais en Italie, le populiste Beppe Grillo a été largement devancé par le parti démocrate, la formation de centre gauche du chef du gouvernement Matteo Renzi. La gauche l'a aussi emporté en Roumanie et au Portugal.

Barroso appelle au rassemblement

La montée de l'extrême droite s'est faite sur fond de stabilisation de la participation à un faible niveau : 43,09% contre 43% en 2009, année où elle avait atteint son plus bas historique. Elle a même progressé dans plusieurs grands pays, notamment la France et l'Allemagne. Mais dans plusieurs pays d'Europe de l'Est en revanche, la participation, déjà très faible, a encore baissé.

La bataille se profile déjà pour la présidence de la Commission européenne. Dès la nuit de ce dimanche à lundi, le président de la Commission européenne sortante, José Manuel Barroso, accusée d'être en partie responsable de l'austérité, a appelé les forces pro-européennes, en particulier les conservateurs, les socialistes et les libéraux, à se "rassembler" pour former une "majorité très solide et qui fonctionne".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
International Élections européennes Union européenne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants