1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Réfugiés : "Quand on approche de la côte, l'espoir revient", raconte un rescapé
2 min de lecture

Réfugiés : "Quand on approche de la côte, l'espoir revient", raconte un rescapé

REPLAY - REPORTAGE - Les réfugiés arrivent en continue sur l'île grecque de Lesbos. "Ils arrivent comme ça, 24 heures sur 24", raconte une volontaire.

À l'approche des rochers, les enfants hurlent, les femmes pleurent et certains hommes se jettent à l'eau.
À l'approche des rochers, les enfants hurlent, les femmes pleurent et certains hommes se jettent à l'eau.
Crédit : Brice Dugénie / RTL
À l'approche des rochers, les enfants hurlent, les femmes pleurent et certains hommes se jettent à l'eau.
Sur la plage, Linda, une volontaire néerlandaise, crie aux réfugiés de rester assis dans le bateau.
À l'approche des rochers, les enfants hurlent, les femmes pleurent et certains hommes se jettent à l'eau.
"Ils arrivent comme ça, 24 heures sur 24", raconte une volontaire
Des gilets de sauvetage abandonnés sur les plages au nord de Lesbos
Des gilets de sauvetage abandonnés sur les plages au nord de Lesbos
Des gilets de sauvetage abandonnés sur les plages au nord de Lesbos
À l'approche des rochers, les enfants hurlent, les femmes pleurent et certains hommes se jettent à l'eau. Crédits : Brice Dugénie / RTL
Sur la plage, Linda, une volontaire néerlandaise, crie aux réfugiés de rester assis dans le bateau. Crédits : Brice Dugénie / RTL
À l'approche des rochers, les enfants hurlent, les femmes pleurent et certains hommes se jettent à l'eau. Crédits : Brice Dugénie / RTL
"Ils arrivent comme ça, 24 heures sur 24", raconte une volontaire Crédits : Brice Dugénie / RTL
Des gilets de sauvetage abandonnés sur les plages au nord de Lesbos Crédits : Brice Dugénie / RTL
Des gilets de sauvetage abandonnés sur les plages au nord de Lesbos Crédits : Brice Dugénie / RTL
Des gilets de sauvetage abandonnés sur les plages au nord de Lesbos Crédits : Brice Dugénie / RTL
1/1
Brice Dugénie & La rédaction numérique de RTL

La parenthèse s'est refermée. L'Allemagne a soudainement durci sa politique d'accueil des réfugiés. Depuis dimanche 14 septembre, on ne passe plus à la frontière avec l'Autriche. Berlin cherche à mettre fin au flot incessant de migrants qui arrivent par les Balkans.

Cette décision spectaculaire autorisée par le traité de Schengen à condition qu'elle soit provisoire. Elle survient à quelques heures d'une réunion des ministres de l'Intérieur européens à Bruxelles. Les pays d'Europe centrale restent opposés à une répartition obligatoire par quota. Sur la table également lors de ce sommet, le renforcement des contrôles aux frontières de l'Europe. "La Grèce doit prendre ses responsabilités", a dit Angela Merkel. Dans certaines zones, les autorités grecques sont complètement débordées. L'île de Lesbos est l'un des points de passage les plus fréquentés, au large de la Turquie.

Je suis très heureux, je veux dire merci à tous les Grecs, à tous les chrétiens et au monde entier

Un réfugié

Sur la plage, Linda, une volontaire néerlandaise, crie aux réfugiés de rester assis dans le bateau. "Ils arrivent comme ça, 24 heures sur 24. Le plus important est que tout le monde arrive à terre. Il faut d'abord s'occuper des femmes et des enfants", explique-t-elle.
 
À l'approche des rochers, les enfants hurlent, les femmes pleurent et certains hommes se jettent à l'eau. Mais une fois arrivé, ces réfugiés remercient l'Occident : "Je suis très heureux, je veux dire merci à tous les Grecs et à tous les chrétiens et au monde entier. C'est la liberté", raconte un homme. Un autre réfugié qui vient d'Alep en Syrie est épuisé par ces émotions. "Nous sommes passés par tellement de sentiments, la peur de mourir. C'est tellement de souffrance. Au milieu de la mer, je pensais que j'allais mourir et que personne n'allait m'aider. Quand on approche de la cote, l'espoir revient, j'ai le sentiment d'être passé de l'enfer au paradis". 

À écouter

Réfugiés : "Quand on approche de la côte, l'espoir revient", raconte un rescapé
01:30
La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/