2 min de lecture Réfugiés

Réfugiés : les États européens cherchent des solutions à Bruxelles

REPLAY - Paris et Berlin réclament des quotas de réfugiés et des centres de tri aux frontières européennes pour préserver l'espace Schengen.

Thomas Sotto RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Réfugiés : les pays européens cherchent des solutions à Bruxelles Crédit Image : JOHN THYS / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Thomas Prouteau et La rédaction numérique de RTL

Une réunion des 28 ministres de l'Intérieur des pays de l'Union européenne a eu lieu à Bruxelles, lundi 14 septembre. Il a évidemment été question de l'espace Schengen puisque, contre toute attente, l'Allemagne s'est résolue à rétablir des contrôles à sa frontière avec l'Autriche. Très vite, cette dernière elle-même et la Slovaquie l'ont imitée. Une mesure d'urgence alors que, chaque jour, des milliers de migrants se pressent aux portes de l'Europe. Malgré tout, le cœur des discussions s'est porté sur les quotas de réfugiés et surtout les centres de tri aux frontières européennes.

Signe qu'il y a une certaine tension, une réunion à huis clos a été convoquée avant le conseil par Bernard Cazeneuve et son homologue allemand avec les trois pays concernés par ces centres de tri : la Grèce, l'Italie et la Hongrie, là où arrivent les migrants. La discussion a duré plus d'une heure. Paris et Berlin veulent des centres d'enregistrement, les fameux hotspot, avec trois missions précises : distinguer les réfugiés des autres, placer en rétention les migrants illégaux et enfin organiser leur retour. Mais Athènes, Rome et Budapest craignent de voir des milliers de personnes s'accumuler sur leur territoire. Une entente est malgré tout possible, selon la délégation française.

Cazeneuve promet de rétablir des contrôles si besoin

L'autre point d'achoppement, ce sont les fameux quotas sur les 120.000 réfugiés, dont 24.000 pour la France, qui seraient accueillis en Europe via une répartition obligatoire. La République Tchèque ou la Slovaquie, notamment, ne veulent toujours pas en entendre parler malgré les pressions diplomatiques de ces derniers jours. Aucun accord unanime n'a d'ailleurs été trouvé, selon la présidence luxembourgeoise.

La France et l'Allemagne soulignent et martèlent à leurs partenaires que seuls ces deux points permettront de sauver Schengen. D'autant que Bernard Cazeneuve ne veut pas apparaître laxiste face aux critiques, notamment, de la droite française. Par conséquent, la France aussi rétablira des contrôles si le besoin s'en manifeste. "S'il devait y avoir, demain, une situation identique, toutes dispositions sont d'ores et déjà prises pour procéder à la mise en oeuvre du même dispositif", a déclaré le ministre de l'Intérieur, soulignant que des contrôles ont déjà été rétablis aux abords de la frontière franco-italienne depuis avril. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réfugiés Migrants Europe
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants