3 min de lecture Afrique

Prêtre français libéré au Cameroun : "Pas de rançon", affirme Fabius

Arrivé ce mardi soir à Yaoundé, le chef de la diplomatie française a déclaré que la France n'avait pas offert de rançon pour obtenir la libération du prêtre Georges Vandenbeusch, libéré ce mardi.

Georges Vandenbeusch et l'ambassadrice Christine Robichon le 31 décembre 2013.
Georges Vandenbeusch et l'ambassadrice Christine Robichon le 31 décembre 2013. Crédit : AFP
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Des "discussions" oui. Mais pas de "rançon". Laurent Fabius a rejeté, ce mardi 31 décembre, l'idée que la France ait donné de l'argent aux ravisseurs du prêtre français Georges Vandenbeusch, libéré ce mardi au Cameroun. "Les instructions du gouvernement (français) sont claires et nettes. Le gouvernement français ne verse pas de rançon".

"Il y a eu des discussions. Le président (camerounais Paul) Biya a été extrêmement utile et efficace dans ces discussions qui portent sur des aspects judiciaires surtout", a déclaré à la presse Laurent Fabius à la résidence de l'ambassadrice de France à Yaoundé, où l'ex-otage a été conduit après sa libération.

Je mesure bien la chance que j'ai.

Georges Vandenbeusch, ex-otage de Boko Haram
Partager la citation

Le père Vandenbeusch, âgé de 42 ans, avait été enlevé dans la nuit du 13 au 14 novembre par une quinzaine d'hommes armés dans l'extrême nord du Cameroun, dans le même secteur que sept Français - dont quatre enfants - kidnappés le 19 février 2013, également par l'organisation Boko Haram. Il s'est dit ce mercredi en "bonne santé".

À lire aussi
Le wax , un tissu très tendance Mode
VIDÉO - Mode : tout savoir sur le wax, ce tissu africain coloré et très tendance

"Je mesure bien la chance que j'ai. Il y a des otages qui sont restés terriblement longtemps. Quand on est otage près de sept semaines, c'est très long mais quand on voit la vie d'autres, je me dis que beaucoup ont travaillé pour que ça (la libération) se fasse", avait  également déclaré dans la journée le prêtre français.

"Je suis en pleine forme"

"Cette libération est le plus beau cadeau de fin d'année. En France, on est extrêmement heureux de sa libération (...) Ça n'a pas été facile. Ce n'est jamais facile. Mais nous allons pouvoir ramener le père Georges en France", où il est attendu mercredi à 05h40 GMT sur la base aérienne de Villacoublay, près de Paris, par ses proches et le président François Hollande, a déclaré à la presse Laurent Fabius mardi soir.

Le prêtre français est arrivé vêtu d'un simple un tee-shirt blanc, souriant et l'air détendu en début d'après-midi à la résidence de l'ambassadrice de France à Yaoundé, a constaté un correspondant de l'AFP. "Je suis en pleine forme, extrêmement reconnaissant à tous ceux qui ont travaillé pour cette libération, particulièrement le président Paul Biya", a déclaré le père Vandenbeusch devant la presse lors de son arrivée à Yaoundé.

Le président français a remercié, dans un communiqué, "tous ceux qui ont travaillé sans relâche à cette issue, notamment les autorités du Cameroun et du Nigeria" et "particulièrement le président (camerounais) Paul Biya pour son implication personnelle", sans dévoiler les circonstances de cette libération. Dans un communiqué, le président Biya a adressé "ses félicitations et ses remerciements à tous ceux qui ont contribué à cet heureux dénouement". Le Vatican s'est réjoui de la libération du prêtre, estimant qu'elle "encourage à l'espérance", tout en invitant à prier "pour les autres personnes retenues injustement en otage" dans le monde.

Des circonstances encore floues

Les circonstances de sa libération restent à éclaircir. Selon une source diplomatique française, le prêtre "a été libéré aux premières heures de la matinée dans le nord du Cameroun". De son côté, l'armée nigériane a fait savoir par l'intermédiaire de son porte-parole, le général Chris Olukade, qu'elle n'était pas impliquée dans sa libération.

Une source proche des services de sécurité camerounais avait indiqué mi-décembre que des négociations étaient menées à travers des intermédiaires camerounais, proches des ravisseurs. La famille du prêtre et le diocèse de Nanterre, auquel il était rattaché, ont remercié, dans un communiqué, "les autorités françaises, camerounaises et nigérianes pour leur mobilisation" et tous ceux qui leur ont apporté un soutien "au cours de cette épreuve". "En ce moment de bonheur, nous n'oublions pas les autres otages français, et adressons toutes nos pensées à leurs familles", poursuivent-ils.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Afrique Cameroun Laurent Fabius
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7768435614
Prêtre français libéré au Cameroun : "Pas de rançon", affirme Fabius
Prêtre français libéré au Cameroun : "Pas de rançon", affirme Fabius
Arrivé ce mardi soir à Yaoundé, le chef de la diplomatie française a déclaré que la France n'avait pas offert de rançon pour obtenir la libération du prêtre Georges Vandenbeusch, libéré ce mardi.
https://www.rtl.fr/actu/international/pretre-francais-libere-au-cameroun-pas-de-rancon-selon-fabius-7768435614
2013-12-31 22:52:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/uwzTq2-azS0On9Gb2odb1A/330v220-2/online/image/2013/1231/7768425756_georges-vandenbeusch-et-l-ambassadrice-christine-robichon-le-31-decembre-2013.jpg