1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Présidentielle en Tunisie : le camp Essebsi annonce sa victoire, le camp Marzouki dément
2 min de lecture

Présidentielle en Tunisie : le camp Essebsi annonce sa victoire, le camp Marzouki dément

Béji Caïd Essebsi est arrivé en tête du second tour de la présidentielle en Tunisie ce dimanche, a fait savoir son directeur de campagne. Une information rapidement démentie par le camp de son adversaire Moncef Marzouki.

Béji Caïd Essebsi, leader du parti Nidaa Tounes, lors d'un meeting à Tunis, le 15 novembre 2014 (archives).
Béji Caïd Essebsi, leader du parti Nidaa Tounes, lors d'un meeting à Tunis, le 15 novembre 2014 (archives).
Crédit : FETHI BELAID / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

L'ex-Premier ministre et chef du principal parti tunisien, Béji Caïd Essebsi, a revendiqué sa victoire à l'élection présidentielle ce dimanche 21 décembre, ce qu'a immédiatement contesté le camp de son rival, le président sortant Moncef Marzouki.

"Les indicateurs que nous avons (...) indiquent une victoire de Béji Caïd Essebsi" au second tour de la présidentielle, a déclaré son directeur de campagne, Mohsen Marzouk, tandis que fusaient les "Vive la Tunisie" parmi les partisans du favori du scrutin, rassemblés devant le QG de campagne.

Dans une déclaration à la télévision nationale, Béji Caïd Caïd Essebsi a ensuite remercié "les femmes et les hommes de Tunisie" et rendu hommage aux "martyrs" du pays. "Dans l'attente des résultats définitifs (...), il nous est possible de dire que la campagne électorale est finie et que tout ce qui s'est passé pendant cette campagne fait partie du passé", a-t-il ajouté.

Le camp Marzouki conteste

Pourtant quelques minutes plus tard, le camp de Moncef Marzouki s'est empressé de contester cette revendication. "Ce qu'a déclaré le responsable de la campagne de Béji Caïd Essebsi sur sa claire victoire est sans fondement", a déclaré à la presse le directeur de campagne de Moncef Marzouki, Adnène Mancer.

Il a également évoqué un écart "très serré", de "quelques milliers de voix" et "pas de dizaines ou centaines de milliers", entre les deux candidats. Enfin, il a fait état de "centaines de violations" commises par le camp adverse.

À lire aussi

Les 5,3 millions d'électeurs étaitent appelés aux urnes ce dimanche pour départager Marzouki et Essebsi, qui se sont affrontés pendant cette campagne sur un ton acrimonieux agrémenté d'insultes, s'efforçant de dénigrer l'adversaire.

Une campagne tendue

Moncef Marzouki s'était posé en défenseur de la révolution face au retour des tenants de l'ancien régime. Il avait notamment accusé son adversaire de préparer des fraudes et d'être un représentant du régime chassé par la révolution de 2011.

Caïd Essebsi, qui a servi Bourguiba comme Ben Ali avant d'assurer quelques mois la fonction de Premier ministre après la révolution, s'est posé en homme providentiel, seul à même de réparer les dégâts causés par Ennahda, au pouvoir de 2012 à début 2014, et leur allié Marzouki. Sa formation Nidaa Tounès a remporté les législatives en octobre. 

La Tunisie fait figure d'exception parmi les pays du "Printemps arabe", l'essentiel d'entre eux ayant basculé dans la répression ou la violence.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.