2 min de lecture Autriche

Présidentielle en Autriche : le candidat écologiste Alexander Van der Bellen élu

Les scores définitifs ont été communiqués quelques minutes après que le candidat d'extrême droite, Norbert Hofer, a annoncé sa défaite sur Facebook.

Le candidat écologiste Alexander Van der Bellen après sa victoire à la présidentielle autrichienne
Le candidat écologiste Alexander Van der Bellen après sa victoire à la présidentielle autrichienne Crédit : ROLAND SCHLAGER / APA / AFP
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin
et La rédaction numérique de RTL

Le suspense devenait insoutenable dans le pays de Mozart. Le second tour de la présidentielle, dont les résultats devaient à l'origine être connus dimanche 22 mai, portent finalement Alexander Van der Bellen, candidat écologiste âgé de 72 ans, président fédéral d'Autriche. Il bat, sur le fil, son adversaire Norbert Hofer, candidat de l'extrême droite autrichienne, arrivé en tête au premier tour.

Le ministère de l'Intérieur vient d'annoncer solennellement l'issue de ce second scrutin exceptionnellement serré. Alexander Van der Bellen s'impose avec 50,3% des voix. Norbert Hofer, perdant de l'élection, s'était d'ores et déjà exprimé sur son compte Facebook pour faire savoir sa défaite. "Je vous remercie pour votre soutien. Bien sûr, je suis triste aujourd'hui", a-t-il déclaré à ses soutiens.

Attendus dimanche 22 mai, les résultats du second tour ont finalement mis beaucoup de temps à se faire connaître. Après le dépouillement de 90% de bulletins, les deux candidats se trouvaient au coude-à-coude. La perspective du candidat d'extrême droite eurosceptique et islamophobe Norbert Hofer divisait le pays et inquiétait au sein de l'Union européenne. Manuel Valls a exprimé son "soulagement" à la suite de l'annonce des résultats.

Parcours d'un progressiste

À l'opposé de son rival d'extrême droite, Alexander Van Der Bellen incarne la frange progressiste de l'électorat autrichien. Docteur en économie et ancien professeur à l'Université de Vienne, il débute sa vie politique au sein du SPÖ, le parti social-démocrate autrichien. En 1992, il choisit de rejoindre Les Verts (Die Grünen) pour occuper la fonction de président de la Cour des comptes. L'homme qui a embrassé une vie publique sur le tard deviendra président des Verts en 1997, ainsi que président du groupe écologiste au parlement jusqu'en 2008. Du côté de l'économie, il reste  marqué par une sensibilité libérale, vestige de son appartenance passée au SPÖ.

À lire aussi
Des curieux prennent la pose devant le panneau du village autrichien Fucking (illustration) tourisme
Autriche : les habitants lassés des moqueries, leur village change de nom

Décrit par ses pairs comme un homme de compromis, "il donne le sentiment de ne pas être un professionnel de la politique, mais un type normal" commente Thomas Hofer un politologue Autrichien. Il fait pourtant bien partie des barons de la politique dans son pays, l'analyste ajoute, "il est doté d'une aura qui l'élève au-dessus de la mêlée, au-dessus des partis."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Autriche Extrême droite Écologistes
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants