3 min de lecture Présidentielle américaine

Comment fonctionnent les élections présidentielles américaines ?

ÉCLAIRAGE - La présidentielle américaine se déroule dans un système différent du mode de scrutin utilisé en France.

Hillary Clinton et Donald Trump échangent une poignée de main après le premier débat de la campagne présidentielle, le 26 septembre 2016
Hillary Clinton et Donald Trump échangent une poignée de main après le premier débat de la campagne présidentielle, le 26 septembre 2016 Crédit : SIPA
Julien Absalon
Julien Absalon
Journaliste RTL

Le monde entier a les yeux rivés sur cette élection. Les citoyens de la première puissance mondiale votent mardi 8 novembre pour désigner un nouveau président après deux mandats successifs de Barack Obama. 

Six candidats sont sur la ligne de départ : Hillary Clinton (démocrate), Donald Trump (républicain), Gary Johnson (libertarien), Jill Stein (écologiste), Darrell Castle (parti de la Constitution) et Evan McMullin (indépendant). Cependant, les trois derniers sont considérés comme mineurs, car ils n'ont pas forcément toutes les signatures leur permettant de figurer sur le bulletin de vote de tous les États. Compte tenu du décalage horaire, le résultat définitif ne sera connu en France que dans la matinée de mercredi 9 novembre

Mais officiellement, il faudra attendre le collège électoral des grands électeurs qui se tiendra le 12 décembre pour que le nouveau président soit officiellement élu, en vertu des règles de la Constitution. Il sera ensuite réellement investi dans cette fonction le 20 janvier 2017, lors de l'Inauguration Day durant lequel le candidat (ou la candidate) élu(e) prête serment.

Quand le vote se déroule-t-il ?

Le vote est segmenté selon les 50 États et le district de Columbia qui comprend la ville de Washington n'appartenant à aucun État. Si l'élection se déroule officiellement le 8 novembre, soit le mardi suivant le premier lundi de novembre comme l'oblige la loi de 1845, les votes sont déjà ouverts depuis plusieurs semaines dans certains États comme le Minnesota où les votes sont ouverts depuis le 23 septembre.

À lire aussi
Bernie Sanders, le 11 février dans le New Hampshire Présidentielle américaine
Primaires démocrates : Bernie Sanders, le "socialiste" devenu favori

Sur la côte Est des États-Unis, les premiers bureaux de vote ouvrent à 6 heures (midi en France) et fermeront pour la plupart à 20 heures ou 21 heures (2h ou 3h, heure française dans la nuit de mardi à mercredi). Sur la côte Ouest, les bureaux de vote ouvrent à 7h (16h en France) puis referment leurs portes à 20h (5h en France).

Pour qui les Américains votent-ils précisément ?

Le mode de scrutin de l'élection est un suffrage universel indirect à un tour. Les Américains votent non seulement pour le candidat à la présidence mais aussi pour son colistier qui brigue la vice-présidence. Mais dans chaque État, les voix comptabilisées ne vont pas directement aux candidats mais à des grands électeurs dont le nom est également inscrit sur le bulletin de vote. Les citoyens confient donc leur vote aux grands électeurs qui doivent élire officiellement le nouveau président américain le 19 décembre lors d'un collège électoral.

Il existe 538 grands électeurs répartis dans tout le pays. Leur nombre varie selon les États, en fonction de la population. La Californie, le plus grand État, dispose de 55 représentants. C'est le maximum. Le Texas en a 38, la Floride 29, par exemple. Les plus petits, le Vermont, l'Alaska, le Wyoming et le Delaware, ne comptent que 3 grands électeurs chacun.

En fonction des résultats du vote, les candidats engrangent des grands électeurs. Dans chaque État, sauf le Nebraska et le Maine qui appliquent la proportionnelle, un candidat qui obtient la majorité en votes engrange l'intégralité des grands électeurs disponibles. C'est le système du "winner-takes-all". Pour l'emporter, un candidat a besoin de la majorité absolue des 538 grands électeurs, qui se situe à 270.

Quand les grands électeurs votent-ils ?

Les grands électeurs de 30 États et du district de Columbia sont obligés par la législation américaine de voter pour les candidats de leur camp. Mais le choix est libre dans 20 autres États. Cependant, il est rarissime qu'un grand électeur décide au dernier moment de changer d'avis le jour du collège électoral pour élire officiellement le président et son vice-président.

Les "swing states", des États-clés

À chaque élection américaine, les regards se focalisent sur les "swing states". Cette appellation désigne ces États particulièrement importants car ce sont généralement eux qui, par leur nombre élevé de grands électeurs, permettent à un candidat de l'emporter. Il faut ainsi particulièrement suivre les résultats en Floride (29 grands électeurs), la Pennsylvanie (20 grands électeurs), l'Ohio (18 grands électeurs) et la Caroline du Nord (15 grands électeurs).

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle américaine États-Unis Hillary Clinton
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants