1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Présidentielle américaine 2016 : les républicains modérés ne savent plus vers qui se tourner
2 min de lecture

Présidentielle américaine 2016 : les républicains modérés ne savent plus vers qui se tourner

AU CŒUR DE LA CAMPAGNE (1/5) - Les modérés du Parti républicain sont en plein désespoir face à la montée fulgurante de Donald Trump.

Parti républicain (États-Unis)
Parti républicain (États-Unis)
Crédit : Rainier Ehrhardt/AP/SIPA
Philippe Corbé

Le Grand Old Party est le surnom du Parti Républicain, en plein cauchemar après le "Super Tuesday", alors qu’il devrait s’enthousiasmer de voir une participation en hausse, essentiellement des électeurs éloignés de la politique, venus voter Donald Trump. C’est un ténor du Parti Républicain, Tim Pawlenty qui résume la panique en Une du New York Times. Selon l'ancien gouverneur du Minnesota, le parti est comme un avion pris dans la tempête "Trump", les passagers voient des bouts de carlingue se décrocher les uns après les autres. Comment éviter le crash ?

 
Logiquement, il faudrait trouver un parachute, se rallier d’urgence à un autre candidat. Mais qui ? Ça devait être Marco Rubio, mais il ne parvient pas à s’imposer. Ted Cruz ? Tous ses camarades le détestent, et il est plus extrême que Donald Trump sur certains points. Des lobbys républicains achètent déjà des écrans de pubs à la télévision, pour alerter sur les dangers du milliardaire. Ils vont accélérer, on évoque des réserves gigantesques, de 25 à 30 millions de dollars.  

Ambiance guerre civile chez les républicains, en plein schisme

Le mouvement se répand également sur Internet, autour de #NeverTrump, "jamais Trump". Depuis quelques jours, des élus importants préviennent qu’ils ne se rangeront pas derrière le milliardaire, s’il est désigné. Comme le gouverneur, très populaire, du Massachusetts, alors même que son état vient d’être remporté par Donald Trump. Certains imaginent une candidature alternative en dehors du Parti…d’une figure du Parti ! Pourquoi pas Mitt Romney comme en 2012 (il doit d’ailleurs sortir de son silence ce jeudi). 

Mais le temps presse. Quand on parle avec des républicains "modérés", certains vous disent qu’il y a un danger suprême à voir Donald Trump s’asseoir dans le bureau ovale, que l’intérêt supérieur de la Nation est en jeu, et ils s’apprêtent dans ce cas, à s’abstenir ou même à voter Hillary Clinton. Autrement dit, renoncer à la Maison Blanche pour sauver le Parti et le pays. 

Le Top 5 du jour
La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/