1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Présidentielle américaine 2016 - Le Top 5 : Trump refuse de publier ses avis d'imposition
3 min de lecture

Présidentielle américaine 2016 - Le Top 5 : Trump refuse de publier ses avis d'imposition

AU CŒUR DE LA CAMPAGNE - La fortune du candidat républicain à la Maison blanche est estimée entre 5 et 10 milliards de dollars.

Donald Trump lors d'un meeting, le 30 mars 2016
Donald Trump lors d'un meeting, le 30 mars 2016
Crédit : Nam Y. Huh/AP/SIPA
Philippe Corbé & La rédaction numérique de RTL

L’actualité politique de la campagne américaine est cette semaine encore secouée par une nouvelle annonce made in Trump. Pour la première fois depuis 40 ans, un candidat républicain a décidé de ne pas rendre publics ses avis d’impositions. Ce candidat est bien sûr le milliardaire Donald Trump, dont la fortune est estimée entre 5 milliards, selon les experts de la finance, et 10 milliards de dollars, selon lui-même.

Pour Mitt Romney, le candidat républicain de 2012, lui-même attaqué pour sa fortune, ce choix le "disqualifie" pour la Maison Blanche. Mais Donald Trump se défend en disant qu’il n’y a rien à y apprendre et que son patrimoine fait actuellement l’objet d’un audit des services fiscaux.

Clinton candidate extraterrestre

Selon le New York Times, les passionnés des petits hommes verts la surnomment la "première candidate ET". Lorsque Hillary Clinton était Première dame, déjà - à l’époque de X Files -, l'actuelle candidate démocrate avait montré une certaine curiosité pour ces questions.

Son mari Bill Clinton aussi, en tant que président, avait demandé à consulter les dossiers secret défense sur les OVNIs. Il n’y avait rien de probant, mais, depuis, il raconte publiquement qu’il est de moins en moins probable que nous soyons seuls dans l’univers. 

À lire aussi

Récemment, à la radio, la question "Croyez-vous aux OVNIs ?" a été posée à son épouse (voir à 24’00).

Hillary Clinton promet, si le barrage du secret défense le permet, de rendre publics les dossiers confidentiels qui alimentent, depuis des décennies, les fantasmes de science-fiction et les théories conspirationnistes, comme celle de Roswell et la zone 51 au Nevada, où l’US Air Force est suspectée de cacher des restes d'extraterrestres. "Il est possible qu’on nous ait déjà rendu visite" a même déclaré Hillary Clinton au journal The Conway Daily Sun l’année dernière.

Sanders alerte sur les risques de l’élection de Trump.

Bernie Sanders doit désormais recueillir 68 % des délégués restants pour rattraper Hillary Clinton. La tâche semble presque insurmontable, mais tel le pansement du capitaine Haddock, il ne veut pas décrocher de la course. Selon lui, la désignation de son adversaire Hillary Clinton ouvre grand la porte de la Maison Blanche à Donald Trump.

Dans une newsletter adressée à sa liste de diffusion, il souligne les mauvais sondages de Clinton dans des États-clés de l’élection de novembre. "C’est assez effrayant. Hillary Clinton est dans une situation très difficile contre Donald Trump. Elle ne le devance que d’un point en Floride et en Pennsylvanie, et elle est à la traîne de 4 points dans l’Ohio". Pour sa défense, Sanders rappelle qu'en cas de confrontation avec Trump, les sondages qui le concernent personnellement affichent une avance plus large face au candidat républicain. 

Biden soutient pour la première fois Clinton publiquement… mais pense qu’il aura

Le vice-président Joe Biden, expérimenté, sympathique, gaffeur, connu pour sa capacité à travailler avec les républicains au Congrès, a longtemps envisagé d’être candidat à la Maison Blanche. Mais la douleur qui a suivi la mort de son fils il y a un an l’a détourné de cette ambition présidentielle. Lorsque celui-ci a pensé se lancer, il était trop tard : la campagne d'Hillary Clinton avait pris trop d’avance.

Depuis, comme le président Obama, Joe Biden prend garde à ne pas s’immiscer directement dans la campagne démocrate. Mais pour la première fois, dans la matinale d’ABC, il a affiché un soutien timide à Hillary Clinton, se disant "confiant" dans son élection...

… avant d'ajouter, très vite, qu’il aurait été le meilleur président

Bernie ne veut pas pleurnicher pour Hillary

Moment de crispation en direct sur MSNBC. Andrea Mitchell, l’une des plus célèbres intervieweuses politiques américaines, interroge Bernie Sanders après sa nouvelle victoire très large en Virginie Occidentale. La journaliste souligne qu'Hillary Clinton, probable candidate, combat sur deux fronts, contre Trump sur sa droite, et contre Sanders lui-même, sur sa gauche. Prenant peu à peu la défense de l'ex-Première dame en expliquant que Trump encourage et épargne le sénateur socialiste, Andrea Mitchell agace passablement Bernie Sanders. "Ne pleurnichez pas devant moi sur les problèmes d’Hillary Clinton", l'interrompt ce dernier.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/