1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Présidentielle américaine 2016 - Le Top 5 : Obama décide de soutenir Hillary Clinton
3 min de lecture

Présidentielle américaine 2016 - Le Top 5 : Obama décide de soutenir Hillary Clinton

Le président américain a diffusé une vidéo jeudi 9 juin dans laquelle il affiche son soutien.

Présidentielle américaine 2016 - Le Top 5 : Obama décide de soutenir Hillary Clinton
Présidentielle américaine 2016 - Le Top 5 : Obama décide de soutenir Hillary Clinton
Crédit : TIM SLOAN / AFP
Philippe Corbé & La rédaction numérique de RTL

C’est fait. Obama a annoncé son soutien à Hillary Clinton. Il ne voulait pas afficher ses préférences avant la fin des primaires, mais la campagne a diffusé ce jeudi une vidéo dans laquelle le président avoue, "I’m with her", "je suis avec elle" (l’un des slogans des affiches de campagne). Il affirme même que jamais un candidat n’avait été aussi qualifié qu’elle pour occuper ce poste. Dès mercredi prochain, ils vont faire campagne ensemble, dans le Wisconsin, l’un des états clés de la campagne, dans lequel Clinton avait été distancée par Sanders.
Petit élément coulisses amusant : avec la cravate de Barack Obama, on peut remarquer que la vidéo a été enregistrée dans la journée de mardi, soir avant la fin des votes dans le New Jersey et en Californie, donc avant la désignation d’Hillary Clinton. Plan com’ parfaitement orchestré.

Obama traite Sanders...

Cette vidéo a été diffusée quelques dizaines de minutes après une rencontre avec Bernie Sanders à la Maison Blanche. Devant les caméras, le président l’a accueilli chaleureusement, comme un dignitaire étranger, marque de considération.

Mais en coulisses, il lui a mis la pression, amicalement, mais la pression tout de même. Selon certaines sources, Barack Obama ne lui a pas demandé expressément de se retirer, mais a souligné l’importance du rassemblement du camp démocrate pour éviter l’élection de Donald Trump. À la sortie, dans les jardins de la Maison Blanche, le sénateur du Vermont a indiqué qu’il continuait sa campagne, au moins jusqu’à l’ultime primaire mardi du District de Columbia (la ville de Washington). Mais il a ajouté qu’il souhaitait rencontrer rapidement Hillary Clinton pour voir comment ils pouvaient "travailler ensemble" afin de battre Donald Trump, dont l’élection serait un "désastre".

Travailler ensemble ? Veut-il obtenir la candidature à la vice-présidence en échange de son retrait ? L’hypothèse existe, mais plus probablement, il veut peser sur le programme, l’infléchir vers la gauche. Et il vise plutôt la présidence d’une commission sénatoriale importante en cas de victoire démocrate en novembre.

… et s’amuse chez Jimmy Fallon

À écouter aussi

L’émission a été diffusée avant l’annonce du soutien à Clinton, mais diffusée après. Le président Obama était l’invité du Tonight Show de Jimmy Fallon sur NBC. L’humoriste lui demande s’il pense que les républicains sont contents de leur choix de Donald Trump. "Nous, nous le sommes" répond Obama, ce qui fait rire la salle du Rockfeller Center.

L’invitée musicale de l’émission était Madonna. Sur son compte Instagram, elle s‘est dite "sans voix" après sa rencontre.

For Once I 'm Speechless...........President Obama ¿¿ @jimmyfallon

Une photo publiée par Madonna (@madonna) le

Visiblement, elle sent une "convergence cosmique" avec le président, Lion lui aussi. Et le qualifie de "rebel heart", de "cœur rebelle", le titre de son dernier album.

A meeting of the Leo's! ¿. A Cosmic Convergence!! . 2 ¿¿#rebelhearts @jimmyfallon

Une photo publiée par Madonna (@madonna) le

Le premier twittfight de l’histoire présidentielle américaine

L’annonce du soutien d’Obama a entrainé le premier combat sur Twitter de l’histoire présidentielle américaine. Tout part d’un tweet de Donald Trump (qui twitte lui même, ou dicte à son assistante, et qui se sert parfois du réseau social pour se défouler). 

"Obama vient juste de soutenir Hillary la crochue" (le surnom dont il l’affuble) "il veut quatre ans de plus d’Obama, mais il est bien le seul".

Réponse quelques minutes plus tard d’Hillary Clinton : "supprime ton compte".

Trump, piqué au vif, réplique : 

"Combien de temps a-t-il fallu à ton équipe de 823 personnes pour penser à ça ? Et où sont les 33.000 emails que tu as supprimé ?"

On peut dire que c’est plutôt Trump qui gagne ce combat Twitter : en moins de 140 caractères, il arrive à rappeler :
1- qu’elle ne tweete pas et que sa communication est millimétrée, alors que lui improvise, à l’instinct 
2- qu’elle dispose d’une équipe de campagne gigantesque quand lui travaille avec quelques dizaines de fidèles 3- que l’affaire de ses emails supprimés estune épée de Damoclès au-dessus de sa tête.

Warren, vice présidente ?

Autre annonce importante pour Hillary Clinton, le soutien d’Elisabeth Warren, figure de la gauche du Parti démocrate, passionnée pour défendre les causes qui lui tiennent à cœur, cibles des attaques de Donald Trump. Et si c’était elle que Clinton choisissait comme candidat à la vice-présidence, pour donner à la gauche du parti qui s’étaient enthousiasmée pour Sanders ? Les deux femmes ne s’apprécient guère, mais l’équipe Clinton n’exclut pas cette hypothèse d’une double candidature de femmes. Warren très efficace, plus que Clinton, pour attaquer, ou plutôt déchiqueter, Trump. Cruellement efficace. Elle le traite de  "fraude bruyante méchante et susceptible".

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/