1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Présidentielle américaine 2016 - Le Top 5 : Illma Gore poursuivie par Donald Trump pour l'avoir peint nu
4 min de lecture

Présidentielle américaine 2016 - Le Top 5 : Illma Gore poursuivie par Donald Trump pour l'avoir peint nu

AU CŒUR DE LA CAMPAGNE - Donald Trump vexé par une peinture peu élogieuse, Facebook devient l'arme du milliardaire, ou encore la danse latino d'Hillary Clinton, tout est dans le Top 5.

Le nu de Donald Trump, oeuvre d'Illma Gore, intitulée "Make America Great Again"
Le nu de Donald Trump, oeuvre d'Illma Gore, intitulée "Make America Great Again"
Crédit : Capture d'écran / YouTube
Philippe Corbé

Illma Gore est une artiste californienne et elle n’aurait jamais imaginé être harcelée de coups de téléphones des avocats de Donald Trump qui la menacent de l’attaquer en justice, si elle vend l’un de ses tableaux. L’oeuvre s'appelle Make America Great Again, le slogan de campagne du milliardaire "Faire que l’Amérique soit à nouveau grande". 


On reconnait le milliardaire, nu, avec des attributs sexuels assez modestes (depuis la polémique sur la taille de ses mains, on sait que Donald Trump n’a pas beaucoup d’humour sur le sujet). Comme elle l’écrit dans sa présentation, l’artiste voulait prouver que "on peut être un énorme "prick", en dépit de ce qu’il y a dans le pantalon" ("you can be a massive prick, despite what is in your pants"). "Prick" est un mot d’argot qui veut dire à la fois "connard" et "bite". La présentation de cette oeuvre à la Maddox Gallery de Londres a suscité des enchères exceptionnelles, plus de 100.000 livres.  

L'oeuvre d'Illma Gore, intitulée "Make America Great Again"
L'oeuvre d'Illma Gore, intitulée "Make America Great Again"
Crédit :

George Clooney soutient Hillary Clinton, mais approuve Bernie Sanders

Pendant que le sénateur du Vermont était au Vatican pour une conférence sur "l’économie morale" (il a réussi à échanger quelques mots avec le Pape), Hillary Clinton était ce weekend en Californie, où elle a participé à deux dîners de levées de fonds. L’un à San Francisco vendredi soir, avec les Clooney (deux couverts à leur table coûtaient plus de 330.000 dollars), et un autre samedi soir chez les Clooney à Los Angeles, plus de 30.000 dollars le couvert (l’acteur avait prévenu avec humour qu’il n’allait pas faire la cuisine).

Le camp Sanders en profite pour dénoncer le pouvoir d'influence que donnent ces méga donations aux super riches dans la démocratie américaine. Certains de ses partisans ont jeté des dollars au passage de la voiture d’Hillary Clinton à Los Angeles.

À lire aussi

Même s’il soutient la candidature de l’ancienne secrétaire d'État, George Clooney, invité de l’émission Meet the Press sur NBC, a repris les mots du candidat socialiste : la place de l’argent dans la politique américaine est "ridicule". Mais il assure que les fonds levés pendant ce dîner devaient surtout financer les campagnes des candidats au Sénat, car un président démocrate avec un Congrès républicain serait confronté à la même situation de blocage qui empêche aujourd’hui Barack Obama de mener à bien sa politique. "J’aime beaucoup Sanders", insiste l'acteur avant de saluer l’expérience internationale d’Hillary Clinton pour justifier son choix de la soutenir.

Facebook, l'arme anti-Trump ?

Cette semaine, Mark Zuckerberg a critiqué en public Donald Trump, sans citer son nom. "J’entends des voix qui répandent la peur et appellent à construire des murs, à tenir à distance ceux qu’ils appellent "les autres", à bloquer la libre expression, à ralentir l’immigration", déclare-t-il. Référence très claire aux propositions du milliardaire.

Comme le révèle Gizmodo, chaque semaine, les employés de Facebook participent à un sondage interne pour savoir quelle question soumettre à leur patron. Une question, début mars, a été soulevée : "quelle responsabilité a Facebook pour empêcher l’élection de Donald Trump ?". L’article se demande si Facebook pourrait réduire la place de certains sujets sur le magnat de l'immobilier dans son fil d'actualité, ce qui pourrait porter tort à sa campagne. Un porte parole de Facebook balaie ces supputations, avant d'assurer que Facebook est neutre. 

Hillary Clinton sur un rythme latino

Est-ce parce que les sondages la donnent largement gagnante de la primaire de New York ce mardi ? Hillary Clinton, en campagne dans le quartier de Washington Heights à New York, au nord d’Harlem, où vit une forte communauté latino, s’est laissée entraîner dans une danse avec des élus locaux. 

Youtubeur reporter au service de la campagne Clinton

C’est une nouvelle forme de campagne politique, qui prend en compte le poids croissant des youtubeurs aux États-Unis. Certains d’entre eux sont des célébrités. Ingrid Nilsen a pu interviewer Barack Obama à la Maison Blanche. 

Tyler Oakley a interrogé Michelle Obama. Hillary Clinton va plus loin dans cette campagne, pour espérer combler son retard sur Bernie Sanders chez les jeunes électeurs  : un autre Youtuber influent, Raymond Braun, qui la soutient (il avait été stagiaire sur sa campagne en 2008), suit la caravane dela candidate à travers les États-Unis, comme reporter, et raconte les coulisses sur sa chaîne.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/