4 min de lecture Amérique du Nord

Présidentielle américaine 2016 - Le Top 5 : Hillary Clinton n'a aucune pitié pour Bernie Sanders

AU CŒUR DE LA CAMPAGNE - L'ancienne Première Dame sort les crocs et a pris son concurrent démocrate pour cible. Un acharnement détaillé dans le Top 5.

Hillary Clinton, le 6 avril 2016 en Pennsylvanie
Hillary Clinton, le 6 avril 2016 en Pennsylvanie Crédit : Matt Rourke/AP/SIPA
Philippe Corbé
Philippe Corbé
Journaliste RTL

Après sa victoire plus large que prévu dans le Wisconsin, Bernie Sanders a remporté 6 des 7 dernières primaires. Au lendemain de sa défaite, Politico publie une interview d'Hillary Clinton dans laquelle elle tacle son adversaire, en affirmant qu’il n'est même pas démocrate. Ce qui est exact, techniquement. Bernie Sanders se présente comme "democratic socialist". S’il siège avec la gauche au Sénat, il s’est d’abord fait élire dans son État du Vermont comme indépendant


"C’est un démocrate relativement récent, et en fait je ne suis même pas certain qu’il en soit un. Il concourt comme démocrate. Donc je ne sais pas comment le définir", déclare l'ancienne secrétaire d'État à Politico. Jusqu’à présent, la ligne d'Hillary Clinton et de Bernie Sanders était de limiter au maximum les attaques ad hominem, pour marquer leur différence avec la foire d’empoigne républicaine.

Hillary Clinton pointe l'un des talons d'Achille de Bernie Sanders

L'ancienne Première Dame était aussi l’invitée de la matinale de MSNBC depuis sa petite ville de Chappaqua, dans le nord de l’État de New York, où aura lieu la prochaine primaire importante, le 19 avril. Elle a pointé l’un des talons d’Achille de Bernie Sanders dans l’électorat démocrate, particulièrement dans l’État de New York, où le contrôle des armes est beaucoup plus strict qu’ailleurs : Hillary Clinton lui reproche de ne pas être assez ferme sur le durcissement de la législation sur les armes à feu, un sujet clé du débat gauche/droite aux États-Unis. Elle rebondit sur la Une du tabloïd new-yorkais le Daily News.

La Une du tabloïd new-yorkais, le "Daily News" avec Bernie Sanders
La Une du tabloïd new-yorkais, le "Daily News" avec Bernie Sanders

Hillary Clinton l’accuse de s’opposer aux poursuites contre les fabricants des armes qui ont conduit à la mort de 26 personnes, dont 20 enfants, à l’école de Sandy Hook à Newtown (Connecticut) en 2012. Elle dit même qu’il préfère les intérêts des fabricants d’armes que ceux des victimes. "Honte à vous, Bernie Sanders", a tweeté la fille du principal de l’école tué dans la tuerie. 

À lire aussi
people
Bernie Sanders : Jennifer Ellis, la créatrice des moufles, est devenue une star

Interrogé par CBS sur des excuses réclamées par les familles des victimes de la tuerie, Bernie Sanders a répondu qu'Hillary Clinton est celle qui devrait s’excuser pour les victimes de la guerre en Irak (ils étaient tous les deux sénateurs en 2003, elle avait voté pour la guerre, il avait voté contre).

Hillary Clinton s'acharne et remet en cause le programme de Sanders

Autre accusation portée par l'ancienne secrétaire d'État au lendemain de sa défaite : elle reproche à son adversaire démocrate de ne pas savoir comment le candidat socialiste va démanteler les banques d’affaires, comme il l'annonce depuis son entrée en campagne (c’est même l’une de ses principales promesses). En effet, il n’obtiendrait probablement pas la majorité au Congrès pour le faire. Pressé de questions, il n’a pas été capable de fournir d’explications précises.


Au-delà de cette question des banques, c’est la crédibilité du programme de Bernie Sanders que cherche à attaquer le camp Clinton, comme le montre ce tweet de directrice adjointe de la communication. "À un moment, il faut entrer dans le détail. Comment vous allez casser les banques. Payer pour votre programme de fac et d’assurance maladie. Gagner la nomination". 

Le chiffre qui inquiète les démocrates et rassure les républicains

La guérilla au sein du Parti républicain, les sondages qui donnent Hillary Clinton et Bernie Sanders gagnants faceau favori des républicains en novembre, Donald Trump, tout cela devrait permettre aux démocrates d’aborder les prochains mois avec confiance. Néanmoins, un sujet d’inquiétude, et il pourrait s’avérer majeur lors de l’élection générale le 8 novembre : la mobilisation. Le combat intense chez les républicains mobilise leur électorat, beaucoup plus que celui des démocrates. 

Dans un pays où l’abstention est massive, le niveau de participation des électeurs est crucial. Ainsi en 2008, le bras de fer Obama-Clinton lors de la primaire, avait servi à revigorer l’électorat de gauche qui s’était massivement déplacé en novembre et fait élire le candidat de son camp. Cette année, même phénomène, mais chez les conservateurs, comme le note le correspondant à la Maison Blanche de la chaîne ABC.

Les républicains ont mobilisé 100.000 électeurs de plus que les démocrates dans le Wisconsin, dans un état qui pourtant a toujours voté pour le candidat démocrate à la Maison Blanche depuis Reagan en 1984. Le phénomène a déjà été observé, plus massivement encore, dans d’autres primaires. Un chiffre qui devrait obliger les démocrates à se remettre en cause comme le note ce journaliste politique d’une chaîne locale du Wisconsin. 

C’est une question cruciale, car l’élection de novembre se fait état par état, c’est un scrutin indirect : le candidat qui recueille le plus de voix emporte l’ensemble des grands électeurs de l’État. Donc si dans certains états clés, le Parti républicain parvient à mobiliser 5 à 10% d’électeurs de plus que les démocrates, ça peut peser lourd.

Donald Trump, le pizzaiolo

Sujet explosif dans l’État de New York où aura lieu la prochaine primaire importante : comment manger la pizza ? La manger avec des couverts est presque considéré comme un crime à la "Big Apple". On mange la pizza par part, à la main ! Une vieille pub de Pizza Hut avec Donald Trump ressort à cette occasion des archives. On y voit le milliardaire, avec sa première épouse Ivana, manger une pizza… en commençant par la croûte !

Ce n’est pas sa seule pub Pizza Hut. Il a aussi participé à une campagne pour le marché australien dans laquelle il incarne le new-yorkais par excellence (qui mange la pizza "Big New Yorker Pizza Hut").  

>
[Donald and Ivana Trump] Pizza Hut Commercial
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Amérique du Nord États-Unis Hillary Clinton
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants