1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Présidentielle américaine 2016 - Le Top 5 : Clinton sort l’arme nucléaire contre Trump, pour éviter qu’il s’en approche
3 min de lecture

Présidentielle américaine 2016 - Le Top 5 : Clinton sort l’arme nucléaire contre Trump, pour éviter qu’il s’en approche

AU CŒUR DE LA CAMPAGNE - De l’avis de nombreux observateurs, c’est le meilleur discours tenu par la candidate depuis son entrée en campagne, il y a plus d’un an.

Présidentielle américaine 2016 - Le Top 5 : Clinton sort l'arme nucléaire contre Trump, pour éviter qu'il s'en approche
Présidentielle américaine 2016 - Le Top 5 : Clinton sort l'arme nucléaire contre Trump, pour éviter qu'il s'en approche
Crédit : DAVID MCNEW / AFP
Philippe Corbé & Paul Véronique

À San Diego, en Californie, dans un cadre plus solennel que d’habitude, entourée de drapeaux américains disposés sur une scène, Hillary Clinton a profité d’un discours sur la politique étrangère pour démontrer de façon implacable pourquoi le tempérament de Donald Trump le rend "inapte" à devenir l’homme le plus puissant du monde. Ce serait, selon elle, une erreur historique. Elle explique qu’il ne devrait jamais avoir les codes nucléaires, car il est tellement susceptible ("à la peau fine", en anglais) qu’il pourrait lancer une guerre nucléaire comme il lance des combats sur Twitter quand quelque chose l’agace.

L’ancienne secrétaire d'État dénonce les incohérences infinies de ses vagues idées en matière de politique étrangère. Elle reprend les déclarations contradictoires de Trump sur le nucléaire, et notamment sur son souhait, lancé de manière désinvolte, de laisser la Corée du Sud et le Japon se défendre seuls, face à la Corée du Nord : "Je me demande même s’il réalise qu’il parle de guerre nucléaire."

Elle s’attaque aussi à son slogan "Make America great again", que l’Amérique soit grande à nouveau. "Si vous pensez que l’Amérique est faible, c’est que vous ne comprenez pas l’Amérique, et vous ne méritez pas de la diriger." Il faut noter que Clinton l’a appelé à plusieurs reprises Donald pendant le discours, ce qu’elle ne fait jamais, comme pour l’infantiliser. "Ce n’est pas de la télé-réalité, c’est la réalité." 

Clinton veut souligner la différence entre son projet optimiste pour l’Amérique et celui de Donald Trump qui s’appuie sur l’idée d’un déclin.

Comme Clinton l’a annoncé dans son discours, Trump la regardait en direct à la télévision, n’a pas aimé, et s’est précipité pour l’insulter sur Twitter.

Ryan se range finalement derrière Trump

Au même moment, le Speaker républicain de la Chambre, 3e personnage de États-Unis, Paul Ryan, que certains auraient aimé voir affronter Trump, annonçait, après des semaines de spéculations, qu’il soutenait finalement le candidat de son parti. Du bout des lèvres

Bonne nouvelle pour Trump.

Mais Ryan joue peut-être double jeu et parie que la Maison Blanche est probablement perdue. Il joue l’esprit d’équipe cette année pour ne pas fâcher les sympathisants républicains les plus radicaux, mais prépare déjà sa candidature en 2020.

Sarandon toujours plus féroce contre Clinton

Ce n’est pas la première fois que la figure de gauche Susan Sarandon, qui soutient Bernie Sanders, s’en prend à Hillary Clinton. Elle avait même laissé entendre qu’elle n’excluait pas de voter pour Trump contre Clinton avant de revenir sur ses propos.

Cette fois, lors d’une interview sur MSNBC, elle affirme que Clinton va être forcément inculpée dans l’affaire des e-mails. Un argument utilisé d’ordinaire par les républicains

Trump sexiste depuis toujours

ABC News ressort de ses archives cette interview consternante du milliardaire en 1994, pendant laquelle il explique pourquoi il préfère que son épouse ne travaille pas : "mettre sa femme au travail est quelque chose de très dangereux."

CNN se moque (enfin ?) de Trump

C’est assez rare pour être souligné. Après la conférence de presse qui a marqué un point de non-retour entre Trump et la presse qui le suit, CNN change de ton avec l’homme qui a gonflé ses audiences ces derniers mois (Trump est le sujet numéro 1 sur la chaîne depuis un an, parfois plusieurs heures d’affilées).

Dans un bandeau sur son écran, la chaîne d’information n’hésite pas à troller le candidat, en soulignant ses propos contradictoires : il affirme aujourd’hui qu’il n’a jamais dit que le Japon devait se doter de l’arme nucléaire pour se défendre seul contre la Corée du Nord. Alors qu’il l’a dit à plusieurs reprises publiquement, sur FOX News, CNN, etc. Une première.

Les audiences des chaînes d’info, FOX, CNN et MSNBC sont en forte hausse, grâce à une couverture intense de Trump.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires