4 min de lecture Présidentielle américaine

Présidentielle américaine 2016 : les 10 étapes de Donald Trump pour lutter contre l'immigration

Durant un meeting à Phoenix en Arizona, il a présenté un plan en 10 points pour verrouiller les frontières américaines.

Donald Trump lors de son discours à Phoenix, quelques heures après sa visite au Mexique
Donald Trump lors de son discours à Phoenix, quelques heures après sa visite au Mexique Crédit : Ralph Freso / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Paul Véronique
Paul Véronique
Journaliste

Lors de sa visite au Mexique mercredi 31 août, Donald Trump avait pourtant semblé assez ouvert vis-à-vis de ses voisins du sud. Mais tout juste revenu aux États-Unis où il a enchaîné avec un meeting à Phoenix en Arizona, changement de ton. Fini les emphases à la gloire du peuple mexicain : "J'ai tant d'amis qui viennent du Mexique ou qui habitent au Mexique (...) ce sont des gens spectaculaires qui travaillent dur". 

Si face au président mexicain il avait réaffirmé sa volonté de construire un mur entre les deux pays, le ton du milliardaire n'avait rien de comparable à ce qu'on lui connait habituellement lors de ses tribunes aux États-Unis. Après cette parenthèse mexicaine, le magnat de l'immobilier en est donc revenu à ses fondamentaux, quelques heures plus tard, devant ses partisans. Après avoir étrillé la politique des "frontières ouvertes" menée d'après lui par Barack Obama et Hillary Clinton, il a présenté son programme en 10 points pour en finir avec l'immigration illégale aux États-Unis. Une chose est sûre, Donald Trump continue son marathon en vue de l'élection présidentielle des États-Unis

1 - La construction d'un mur entre le Mexique et les États-Unis

À la suite des interrogations qu'avaient soulevé le président du Mexique en déclarant que Donald Trump lui avait assuré que les États-Unis payeraient pour la construction du mur, le candidat a voulu rassurer ses électeurs. "Nous allons construire un grand mur, élevé, impénétrable, magnifique (...), le Mexique va le payer à 100%. Ils ne le savent pas, mais ils vont payer", a-t-il martelé. D'après les estimations, la construction d'un tel mur devrait coûter près de 25 milliards d'euros.

2 - Les clandestins placés en détention

Contrairement à ce qui est pratiqué actuellement, Donald Trump veut placer les immigrés illégaux en détention, en attente de leur renvoi dans leur pays d'origine. Mais au-delà de cette incarcération, il souhaite aussi reconduire les migrants "à de grandes distances", et non pas seulement de l'autre côté de la frontière. L'objectif selon lui, est d'éviter qu'ils ne puissent revenir rapidement.

3 - Suspendre les fonds fédéraux des villes sanctuaires

À lire aussi
Trump promet de publier ses déclarations d'impôts avant la présidentielle de 2020 Présidentielle américaine
Donald Trump assure qu'il va publier ses impôts

Certaines métropoles des États-Unis, comme New-York, sont appelées des" villes sanctuaires". Concrètement, elles sont assez ouvertes en ce qui concerne le traitement des immigrés illégaux. Les autorités locales peuvent, par exemple, ne pas avoir le droit de contrôler le statut légal de leurs résidents. Et ce sont justement ces métropoles que Donald Trump a dans son viseur. Le milliardaire veut bloquer les fonds fédéraux des villes s'adonnant à cette pratique. "Plus d'argent des contribuables pour celles qui refusent de coopérer", a-t-il assuré.

4 - Annuler les décrets présidentiels de Barack Obama

L'une des caractéristiques marquantes de Donald Trump : sa profonde détestation de Barack Obama. Les décrets pris par l'actuel président auraient permis selon le candidat républicain l'amnistie de 5 millions de clandestins. Les immigrés vivant "au-delà de la validité de leur visa" seront donc ajoutés à la liste des expulsables.

5 - Durcir la politique des visas

Donald Trump veut déjà interdire l'accès aux États-Unis aux pays où "un contrôle adéquat ne peut être mis en place". En ligne de mire, il pointe notamment la Syrie et la Libye. Il souhaite également qu'une "certification idéologique" devienne l'une des conditions pour obtenir un visa. Le milliardaire compte aussi en finir avec l'accueil de réfugiés. "Pour le prix de l'acheminement d'un réfugié ici, on peut en installer douze dans des zones de sécurité payées par les pays du Golfe" a-t-il avancé.

6 - Faire en sorte que les pays d'origine reprennent leurs ressortissants

Selon le candidat républicain, 23 pays refusent d'accueillir leurs ressortissants que les États-Unis souhaitent expulser. Un problème auquel Donald Trump compte remédier, même s'il n'a pas réellement expliqué comment. De ce refus de certains États, découlerait le maintien en Amérique de 13.000 criminels étrangers, explique le milliardaire.

7 - Poursuivre la mise en place d'un système de suivi biométrique

Le candidat à la Maison Blanche veut également poursuivre et généraliser le suivi biométrique des individus entrants et sortants du territoire. "Sur terre, par mer et dans les airs", précise Donald Trump. Dans la continuité de sa proposition concernant les "villes sanctuaires", le milliardaire souhaite empêcher les immigrés de rester après l'expiration de leurs visas : "C'est une priorité absolue, si nous n'avons plus de frontières, nous n'avons plus de pays."

8 - La fin des aides pour les étrangers

S'il accède à la tête du pays, Donald Trump compte en finir avec les aides que peuvent percevoir les étrangers. Les aides au logement ou les aides alimentaires pourraient ainsi disparaître. Le milliardaire a averti, les individus bénéficiant de ces allocations deviendront "prioritaires pour le départ".

9 - La "déportation" des criminels

L'une des propositions phares du candidat républicain est d'expulser tout criminel étranger. "Appelez ça déportation si vous voulez", a-t-il lancé à Phoenix mercredi. Pour cela, il veut tripler les effectifs l'agence fédérale de police aux frontières (ICE). "Dès ma première heure dans le Bureau ovale, ces gens sont dehors", a promis Donald Trump. Il souhaite aussi créer une "task force" chargée de rattraper "ceux qui ont échappé à la justice".

10 - Réformer l'immigration légale

"Nous avons le droit de choisir les immigrants qui correspondent à nos intérêts nationaux, de les sélectionner soigneusement selon leurs mérites, leurs talents, leurs aptitudes et leur capacité à subvenir à leurs besoins", a expliqué Donald Trump. S'il n'a pas explicitement annoncé l'expulsion 11 millions d'immigrés illégaux estimés vivre dans le pays, il a réitéré de mettre "fin à l'immigration illégale". Une fois cet objectif atteint, il envisage, "quand les circonstances paraîtront favorables", d'étudier les possibilités de légalisation des immigrés ayant malgré tout réussi à rester dans le pays.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle américaine États-Unis Donald Trump
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants