1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Poutine à Versailles : Macron prêt à engager un "rapport de forces"
1 min de lecture

Poutine à Versailles : Macron prêt à engager un "rapport de forces"

Emmanuel Macron reçoit Vladimir Poutine sous les ors du château de Versailles lundi 29 mai.

Vladimir Poutine à Paris, le 2 octobre 2015
Vladimir Poutine à Paris, le 2 octobre 2015
Crédit : ALAIN JOCARD / AFP
Poutine à Versailles : Macron prêt à engager un "dialogue exigeant"
01:05
micros
La rédaction numérique de RTL

Accueil royal. Vladimir Poutine est en visite express en France, lundi 29 mai au château de Versailles. Officiellement, le président russe vient inaugurer une exposition dédiée à Pierre le Grand, l'un de ses illustres prédécesseurs. Cet événement ressuscite la mémoire de la visite à Versailles, en mai et juin 1717, de cette figure historique chère à Vladimir Poutine. Surtout, ce déplacement est l'occasion pour lui de faire connaissance avec Emmanuel Macron qui n'était pas le candidat de son choix durant l'élection présidentielle. En mars dernier, c'est bien Marine Le Pen qui avait été reçue au palais du Kremlin, pendant que les sites de propagande russes répandaient sur Internet leurs rumeurs anti-Macron.

Nostalgique de la grandeur de la Russie impériale, Vladimir Poutine a soif d'égards. Quoi de mieux pour le recevoir que Versailles ? Pierre Le Grand y avait résidé pendant deux mois il y a trois siècles, pour rétablir justement des relations diplomatiques entre la France et la Russie.

Il faudra sans doute plus de temps et plus que tous ces symboles historiques pour rétablir la confiance perdue. Jacques Chirac et Vladimir Poutine étaient très proches. Seulement, il y a 10 ans, Vladimir Poutine ne bombardait pas la Syrie et n'avait pas annexé la Crimée. Mais la France et la Russie pourront peut-être se rapprocher par leur ennemi commun : le terrorisme international.

Emmanuel Macron, qui achève un marathon international l'ayant conduit au sommet de l'Otan de Bruxelles puis au G7 de Taormina (Italie), s'est en tout cas dit prêt à engager un "rapport de forces" avec son homologue. Il promet un "dialogue exigeant" et "sans aucune concession".

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/