3 min de lecture Afrique

Pourquoi les migrants érythréens fuient "la Corée du Nord de l'Afrique"

DÉCRYPTAGE - Nombre de migrants clandestins arrivant en Italie par la mer ont traversé une partie de l'Afrique depuis l'Érythrée, jeune pays quasi-inconnu, une dictature sanglante au peuple opprimé.

355 migrants que l'on pense érythréens arrivent sur l'île italienne de Lampedusa en 2008
355 migrants que l'on pense érythréens arrivent sur l'île italienne de Lampedusa en 2008 Crédit : MAURO SEMINARA / AFP
MarionDautryLouiseThéa
Marion Dautry
et Cindy Hubert

La police des frontières française s'inquiète de l'arrivée massive ces derniers mois de clandestins, via la frontière italienne. Selon une note confidentielle dévoilée par Le Figaro, 5.727 migrants originaires de la Corne de l'Afrique ont été interpellés ces six derniers mois dans les Alpes-Maritimes. 

91% d'entre eux seraient des Érythréens, fuyant la misère et la répression de leur très jeune pays, en bas de tous les classements concernant les droits de l'homme.

Un territoire ravagé

Envahie par l'Italie fasciste, rattachée en 1952 à l'Éthiopie qui l'annexe dix ans plus tard, l'Érythrée dans ses frontières actuelles naît en 1993 après une très longue guerre d'indépendance contre son voisin.

À lire aussi
Jean-Yves Le Drian dans "Le Grand Jury" sur RTL, dimanche 31 janvier 2016 Afrique
Centrafrique : Jean-Yves Le Drian veut mettre fin à l'opération "Sangaris" en 2016

Situé dans la Corne de l'Afrique, au sud de la Somalie, le jeune pays partage ses frontières avec l'Éthiopie et la Somalie, victimes des sécheresses violentes et de vagues de famine. Mais les porte-parole de l'État ont assuré en 2011, en pleine crise alimentaire, que leur pays n'avait pas été touché grâce à une "récolte exceptionnelle".

L'Érythrée dispose de réserves d'or, de zinc et de potassium, ainsi que d'une bonne zone de pêche dans la Mer Rouge. Mais les conflits sanglants, notamment la guerre contre l'Éthiopie de 1998 à 2000 qui a fait 100.000 victimes des deux côtés, ont ravagé l'économie et livré une grande partie de ses 6 millions d'habitants à la misère.

Une dictature ultra-répressive

Peu de données sont accessibles concernant l'économie et le développement de l'Érythrée. Les frontières du pays sont fermées et contrôlées. Aucun habitant n'est sensé pouvoir partir à l'étranger sans une autorisation expresse d'un haut-responsable et ne pas être "mobilisable", c'est-à-dire avoir plus de cinquante ans.

L'organisation Reporter sans frontières classe le pays au dernier rang en matière de liberté de la presse, et dénonce "la plus grande prison d'Afrique pour les journalistes", dont certains sont morts en détention ou se sont suicidés. La liberté des médias est censurée depuis 2001. Le site Jeune Afrique décrit "la Corée du Nord de l'Afrique".

Dans son livre Les Érythréens, Léonard Vincent raconte les arrestations d'opposants, militants et journalistes, les disparitions et les assassinats à l'étranger qui se multiplient après la défaite de 2000. Au début de l'année, l'ONU a rendu un rapport sans appel sur la situation des droits de l'homme dans le pays, l'usage de la torture, les disparitions inexpliquées et l'opacité du régime. L'ONU a comptabilisé 314 camps de détention dans le pays.

Un État-caserne

Le chef de la force armée qui a gagné l'indépendance, Issayas Afeworki, est président depuis 1993, sans qu'aucune élection n'ait jamais eu lieu. Léonard Vincent décrit un "gangster contrôlant un système mafieux". Les observateurs parlent d'un régime basé sur la paranoïa d'un chef, persuadé d'un complot international, et particulièrement américain, contre son pays. 

En 2013, son représentant à l'ONU, Tesfamichael Gerahtu , a assuré que des élections seraient organisées et la Constitution appliquée, lorsque les menaces contre sa "sécurité nationale" seront dissipées.

En attendant, la population du pays est entièrement assujettie à l'État. Hommes et femmes lui appartiennent entre 17 et 50 ans : le "service militaire" dure dix-huit mois, dans des camps disciplinaires où les violences et viols sont monnaie courante, et est suivi d'affectations à différents chantiers présidentiels, fermes ou fabriques.

Un parcours répété à l'infini

Malgré les risques, les tentatives d'émigration sont nombreuses. L'ONU a recense environ 3.000 passages par mois vers le Soudan et l'Éthiopie. Pour ceux qui se font prendre par l'armée qui tient la frontière, c'est la prison.

Dans son rapport, la police des frontières française décrit un parcours répété à l'infini : l'Afrique, puis la Méditerranée et l'Italie. D'autres prennent la route du désert et tentent d'atteindre Israël. Certains migrants tentent de rejoindre la France avec en tête, l'Angleterre ou l'Allemagne.

>
5.727 clandestins originaires de la Corne de l'Afrique interpellés dans le Sud de la France ces six derniers mois Crédit Image : Kervin Portelli | Crédit Média : Cindy Hubert | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Afrique Immigration Europe
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7773603451
Pourquoi les migrants érythréens fuient "la Corée du Nord de l'Afrique"
Pourquoi les migrants érythréens fuient "la Corée du Nord de l'Afrique"
DÉCRYPTAGE - Nombre de migrants clandestins arrivant en Italie par la mer ont traversé une partie de l'Afrique depuis l'Érythrée, jeune pays quasi-inconnu, une dictature sanglante au peuple opprimé.
https://www.rtl.fr/actu/international/pourquoi-les-migrants-erythreens-fuient-la-coree-du-nord-de-l-afrique-7773603451
2014-08-05 19:45:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/Zxl4TSuaw5BTBPXOgADYvw/330v220-2/online/image/2014/0805/7773604442_355-migrants-que-l-on-pense-erythreens-arrivent-sur-l-ile-italienne-de-lampedusa-en-2008.jpg