3 min de lecture Piratage

Piratage de Sony : Obama promet des représailles à la Corée du Nord

Les Etats-Unis répondront à la Corée du Nord, c'est l'engagement qu'a pris ce vendredi Barack Obama, après le piratage de Sony.

Barack Obama lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche, le 19 décembre 2014.
Barack Obama lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche, le 19 décembre 2014. Crédit : BRENDAN SMIALOWSKI / AFP
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le président Barack Obama s'est engagé ce vendredi 19 décembre à ce que les Etats-Unis répliquent à la Corée du Nord qu'ils accusent d'être derrière une cyber-attaque géante contre le studio de cinéma Sony.

"Ils ont provoqué beaucoup de dégâts et nous répondrons. Nous répondrons de manière proportionnée et nous répondrons à un moment, à un endroit et d'une manière que nous choisirons", a-t-il prévenu. 

Il a en revanche exclu qu'un autre pays ait agi avec Pyongyang. "Nous n'avons pas d'indication selon laquelle la Corée du Nord travaillait avec un autre pays", a dit Barack Obama.

Les preuves du FBI

Le FBI a annoncé ce vendredi que la Corée du Nord était à l'origine du piratage informatique contre le studio de cinéma Sony, la plus grave cyber-attaque jamais menée contre les Etats-Unis selon lui, ce que Pyongyang a aussitôt démenti.

À lire aussi
Sony Pictures
Piratage de Sony : WikiLeaks publie les archives du groupe

"Le FBI a suffisamment de preuves pour conclure que le gouvernement nord-coréen est responsable de ces actions", écrit-il dans un communiqué, estimant qu'il s'agissait d'un "comportement inacceptable pour un Etat". Le conseiller politique de la Corée du Nord à l'ONU, Kim Song, a lui rapidement réagi pour nier toute implication de Pyongyang. "Notre pays n'a aucun lien avec ce hacker", a-t-il déclaré.

Obama sévère envers Sony

Il a aussi critiqué le studio Sony pour avoir fait "une erreur" en annulant la sortie du film L'interview qui tue, après les révélations choc sur le piratage informatique derrière lequel Washington voit la main de la Corée du Nord. 

"Nous ne pouvons pas avoir une société dans laquelle un dictateur quelque part peut commencer à imposer une censure ici aux Etats-Unis", a martelé le président américain. "J'aurais aimé que Sony me parle" avant de décider d'annuler la sortie du film, a ajouté Barack Obama.

Nous n'avons pas capitulé.

Michael Lynton, le directeur général de Sony Pictures
Partager la citation

"Nous ne nous sommes pas couchés, nous n'avons pas capitulé" devant les pirates informatiques", a pourtant affirmé sur CNN Michael Lynton, le directeur général de Sony Pictures. Cet entretien a été diffusé peu après l'intervention de Barack Obama.

Dommage que dans ce cas précis, le président, la presse et le public se trompent sur ce qui s'est réellement passé.

Michael Lynton
Partager la citation

"Nous avons toujours souhaité que le public américain voie ce film", a insisté le dirigeant de Sony, qui a qualifié ce piratage de "pire attaque informatique jamais vécue aux Etats-Unis". Interrogé sur sa réaction aux déclarations du président, le patron de Sony a jugé "dommage que dans ce cas précis, le président, la presse et le public se trompent sur ce qui s'est réellement passé".

"The Interview" : "un acte de guerre" pour Pyongyang

Les pirates informatiques ont contraint Sony à annuler la diffusion de The Interview, comédie satirique sur le régime de Pyongyang avec James Franco et Seth Rogen. Le studio hollywoodien a préféré renoncer par craintes de nouvelles attaques. 

Dans cette production, les deux acteurs campent les rôles de journalistes recrutés par la CIA afin d'assassiner le dirigeant de la Corée du Nord, Kim Jong Un. En juin dernier, la Corée du Nord avait prévenu que la diffusion de ce film serait interprété comme "un acte de guerre".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Piratage Kim Jong-Un États-Unis
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants