1 min de lecture Terrorisme

Ouagadougou : les jihadistes voulaient "combattre la France jusqu'au dernier souffle"

REPLAY - Pour la première fois, les jihadistes d'Aqmi ont revendiqué leur geste durant leur attaques, ils visaient indirectement la France.

micro générique RTL Week-end Stéphane Carpentier iTunes RSS
>
Ouagadougou : les jihadistes voulaient "combattre la France jusqu'au dernier souffle" Crédit Média : Christophe Decroix | Durée : | Date : La page de l'émission
Christophe Decroix
Christophe Decroix et Jacques Serais

Au moins 23 morts sont à déplorer dans l'attaque terroriste visant un hôtel et un restaurant de la capitale du Burkina Faso, Ouagadougou vendredi 15 et samedi 16 janvier. 126 otages ont été libérés après l'assaut des forces de l'ordre burkinabé, et des forces françaises présentes sur place. Fait nouveau, les assaillants ont revendiqué leur geste pendant l'attaque elle-même.

C'est la première fois que les terroristes d'Al-Qaïda au Maghreb islamique font cela. Ils ont diffusé pendant l'assaut un enregistrement audio de plus de 3 minutes dans lequel on entend le porte-parole des auteurs de la prise d’otages s’exprimer en Hassanya, une langue parlée en Mauritanie et au Sahara occidental. Le jihadiste y promet de "combattre la France jusqu'au dernier souffle".

L'hôtel de l'attaque n'était pas particulièrement surveillé

Ce groupe des Mourabitoune de Moktar Belmoktar, celui-là même qui avait enlevé des Français au Niger il y a quelques années, est le même que celui qui avait revendiqué l'attaque du Radisson Blu il y a deux mois au Mali. Il s'agit clairement de fragiliser l'action militaire de la France en Afrique. "Ce groupe veut s'attaquer à des intérêts africains, et notamment là où des forces françaises ou américaines sont positionnées", explique Roland Jacquard de l'observatoire international du terrorisme.

À noter que l’hôtel Splendid où se tenait une réunion sur la sécurité en Afrique n'était pas particulièrement protégé vendredi soir au moment de l'attaque. Les deux vigiles qui étaient à l'entrée ont été abattus tout de suite ce qui a permis aux assaillants d'y rentrer facilement.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme Jihad Afrique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants