1 min de lecture Laurent Fabius

Opération militaire française au Mali : 19 jihadistes tués, confirme Fabius

Le ministre français des Affaires étrangères a confirmé que 19 jihadistes avaient été tués au cours d'opérations militaires récentes de l'armée française dans le nord du Mali.

Laurent Fabius à la sortie de l'Élysée le 11 septembre 2013.
Laurent Fabius à la sortie de l'Élysée le 11 septembre 2013. Crédit : AFP / MARTIN BUREAU
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a confirmé dimanche 15 décembre que 19 jihadistes avaient été tués au cours d'opérations militaires récentes de l'armée française dans le nord du Mali. "Il y en a qui ont été tués, dix-neuf", a déclaré le ministre, qui s'exprimait devant des journalistes lors du Grand-rendez-vous Europe 1, i-Télé, Le Monde. En réponse à une question sur des arrestations il y a une dizaine de jours de combattants islamistes proches de l'Algérien Mokhtar Belmokhtar dans le nord du Mali, le ministre a aussi répondu par l'affirmative, sans autre précision.

En début de semaine, l'armée française a engagé une importante opération anti-jihadiste dans la région de Tombouctou dans le nord-ouest du Mali, où se tient dimanche le second tour des élections législatives. Mardi, une source militaire française à Bamako avait indiqué que 19 jihadistes avaient été tués, ce que l'état-major militaire à Paris n'avait pas voulu commenter.

"Le Mali est sécurisé"


Il s'agit d'une "très grosse opération militaire, la plus grosse dans la région de Tombouctou depuis la reprise des principales villes du Nord par les forces alliées" au début de l'année, selon une source africaine. "Il y a au Nord encore un certain nombre de difficultés mais dans l'ensemble, le Mali est sécurisé. (...) Demain l'Assemblée nationale sera constituée", a déclaré Laurent Fabius.

Les législatives doivent parachever le retour à l'ordre constitutionnel interrompu en mars 2012 par un coup d'Etat militaire ayant précipité la chute du nord du Mali aux mains de groupes islamistes armés liés à Al-Qaïda. Un attentat a tué deux Casques bleus sénégalais à la veille du scrutin, à Kidal, dans le nord-est. L'armée française intervient au Mali depuis presque un an aux côtés de soldats africains de la force de l'ONU, la Minusma, contre ces groupes.

À lire aussi
Edouard Philippe, le 31 mai Matignon
Les avantages des anciens premiers ministres encadrés pour plus de transparence

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Laurent Fabius Mali Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants