1 min de lecture François Hollande

Obama assure à Hollande que le G8 parlera croissance

Le président français François Hollande a rencontré son homologue américain Barack Obama, vendredi à la Maison Blanche. Au menu : la crise de la dette en Europe et l'Afghanistan. Il s'agit de la première visite à Washington pour le nouveau président de la République depuis son entrée en fonctions mardi. Il était accompagné des nouveaux ministres de l'Economie et des Affaires étrangères Pierre Moscovici et Laurent Fabius. Assis côte à côte dans le bureau ovale sous un portrait de George Washington, les deux dirigeants ont fait assaut d'humour et d'amabilités. Ils ont surtout salué leurs convergences de vues sur l'importance de mettre l'accent sur la croissance dans le monde, à quelques heures de l'ouverture du G8 de Camp David.

"Le G8 parlera croissance"

Après la première entrevue vendredi, François Hollande a souligné la convergence des intérêts entre les Etats-Unis et la France et a plaidé en faveur d'une politique de relance de la croissance. "C'était très important que je puisse affirmer l'importance que joue la relation entre la France et les Etats-Unis", a dit le Président français. "Entre la France et les Etats-Unis, il y a des causes que nous partageons".
   
Le chef de l'Etat français a également plaidé auprès de son homologue en faveur d'une relance de la croissance comme complément aux mesures d'austérité pour résoudre le problème de la crise de la dette, tout comme il l'avait fait mardi en Allemagne, auprès d'Angela Merkel.
   
"La croissance doit être une priorité. Sur la croissance, le président Obama a pu marquer une convergence", a dit François Hollande. "Nous avons la même conviction, que la Grèce doit rester dans la zone euro". Le président américain Barack Obama a assuré de son côté que "le G8 va parler des moyens de stimuler la croissance". Un sommet des pays du G8 est en effet organisé à partir de vendredi soir à Camp David.


G8 et Otan en perspective

François Hollande a ensuite prévu de tenir une conférence de presse à l'ambassade de France, où il rencontrera dans l'après-midi la communauté française.
  
Après ce sommet du G8, le président de la République française doit participer pendant son séjour américain à partir de dimanche à un sommet des pays de l'Otan à Chicago, où sa promesse de retirer les troupes françaises d'Afghanistan à la fin de l'année devrait être évoquée. Les autres pays de l'Otan ont jusqu'à présent pour objectif de rester en Afghanistan jusqu'à la fin 2014.

Le Président français a d'ailleurs profité de cette entrevue avec son homologue américain pour lui rappeler qu'il avait été élu en partie sur la promesse de rapatrier le contingent français d'ici la fin de l'année, tout en indiquant que Paris soutiendrait la mission de l'Otan en Afghanistan par d'autres moyens. 

Les forces françaises en Afghanistan  
Ambiance bon enfant

Ai-delà du fond, la forme revêtait également une certaine importance pour cette première prise de contact. Visiblement détendus, les deux hommes ont plaisanté, le président américain rappelant que François Hollande avait réalisé une étude sur l'économie des fast food lors d'un long séjour aux Etats-Unis en 1974 et le fait qu'il aimait se déplacer en scooter, ce qui lui sera désormais difficile pour des raisons de sécurité.
   
A la fin de l'entretien, Barack Obama a déclaré que les hamburgers se mariaient bien avec les frites - "French fries" en anglais. "No declaration en French fries", a commenté François Hollande en anglais.

Un conseiller du président français a souligné les convergences entre les deux hommes. "Sur le plan humain, on les a sentis très en phase, car ils ont le même style, ils mettent tout sur la table de façon directe. Le contact humain est très bien passé tout de suite".

Lire la suite
François Hollande Barack Obama Diplomatie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants