3 min de lecture Prix Nobel

Le Nobel de la paix pourrait récompenser la lutte antinucléaire

Le Nobel de la paix va être attribué ce vendredi 6 octobre à Oslo avec pour favoris des efforts visant à éliminer les armes nucléaires ou empêcher leur prolifération.

>
Le Nobel de la paix va à la campagne antinucléaire ICAN Crédit Image : Frank Franklin II/AP/SIPA | Crédit Média : KILIAN FICHOU, AGNES PEDRERO/AFP | Date :
micro générique
La rédaction numérique de RTL

Après les prix scientifiques et de littérature, l’académie Nobel va remettre ce vendredi 6 octobre le prestigieux prix Nobel de la paix. Les acteurs luttant contre la proliférations des armes nucléaires. 

Dans un climat de tension international causé par les essais nucléaires nord-coréens, les artisans de l'accord sur le nucléaire iranien ou la Campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires (ICAN) tiennent la corde selon les experts, à moins que le comité Nobel norvégien ne récompense le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), un "Docteur miracle" congolais ou encore aux Casques blancs syriens.

Seule certitude, le choix de ses cinq membres sera annoncé à 11h à l'Institut Nobel. Tout pronostic reste hasardeux puisque la liste des candidats reste secrète pendant au moins 50 ans. L'Institut Nobel dit avoir reçu 318 candidatures cette année.

Les artisans de l'accord nucléaire iranien en pole position

Après le président Juan Manuel Santos, récompensé l'an dernier pour ses efforts visant à ramener la paix en Colombie, les commentateurs conviennent que la lutte antinucléaire mériterait d'être consacrée. L'ex-secrétaire d'État américain John Kerry et les chefs de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif et européenne Federica Mogherini sont considérés comme de solides prétendants pour leur rôle dans l'accord de 2015 qui impose de strictes restrictions au programme nucléaire iranien en échange d'une levée des sanctions.

À lire aussi
Desmond Tutu, ici au Cap le 19 avril 2014. (Archives) Afrique du Sud
Desmond Tutu, prix Nobel de la paix, a été hospitalisé

"Ce serait un très bon prix, très impopulaire pour certains, très populaire pour d'autres", estime l'historien spécialiste du Nobel Asle Sveen. D'autant que le président américain Donald Trump, qui a menacé dans le passé de "déchirer" l'accord, doit certifier avant le 15 octobre auprès du Congrès que Téhéran respecte bien ses engagements. Selon le Washington Post, il aurait décidé de ne pas le certifier, ouvrant la voie à une réimposition de sanctions.

Un signal envoyé à Donald Trump et Kim Jong-Un ?

"Si Trump renonce à l'accord, ce sera aussi un signal à la Corée du Nord qu'il est impossible d'avoir un accord décent avec les États-Unis parce qu'on ne sait pas ce qu'ils en feront", souligne Asle Sveen. Le président américain et le leader nord-coréen Kim Jong-Un ont échangé des salves de propos belliqueux ces dernières semaines après un nouvel essai nucléaire et des tirs de missiles par Pyongyang.

Une alternative pourrait être la Campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires (ICAN). Cette coalition mondiale d'ONG a poussé à l'adoption en juillet d'un traité historique d'interdiction de l'arme atomique, cependant affaibli par l'absence des neuf puissances nucléaires. Alors que le nombre des déracinés a atteint un nouveau record de 65,6 millions de personnes l'an dernier, le HCR peut aussi prétendre à un troisième Nobel de la paix, après ceux de 1954 et 1981.

Kim Jong-Un, Donald Trump et Vladimir Poutine peuvent rapporter gros

"Le HCR a démontré sa capacité et son intégrité dans la défense des droits et besoins des réfugiés à maintes reprises", souligne le directeur de l'Institut de recherche pour la paix d'Oslo (Prio), Henrik Urdal. "Ils travaillent inlassablement pour réparer les conséquences de la guerre sur des théâtres comme la Syrie, l'Afghanistan et le Soudan du Sud", fait-il valoir.

Les Casques blancs syriens et le pape François comptent, eux, parmi les favoris des bookmakers. D'autres noms circulent : le docteur congolais Denis Mukwege qui vient en aide aux victimes de violences sexuelles, l'Union américaine pour les libertés civiles (ACLU), le blogueur saoudien emprisonné Raef Badaoui ou des voix indépendantes en Russie (Svetlana Gannouchkina et le journal Novaïa Gazeta) et en Turquie (le quotidien Cumhuriyet et son ex-directeur en exil, Can Dundar).

Mais le comité Nobel peut également réserver des surprises comme en 2015 avec le Quartette pour le dialogue national en Tunisie. C'en serait une grosse si le prix devait aller au leader nord-coréen Kim Jong-Un coté à 501 contre 1 sur un site de paris en ligne, loin derrière Donald Trump et son homologue russe Vladimir Poutine, tous deux à 101 contre 1. Le prix de la paix est le clou de la saison Nobel. Les autres prix, décernés à Stockholm, ont fait la part belle aux hommes et aux Anglo-saxons.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Prix Nobel Nucléaire International
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants