2 min de lecture Attentat

Niger : attentat sur un site d'uranium d'Areva, 13 blessés

Treize collaborateurs d'Areva ont été blessés lors d'un attentat sur le site minier d'Arlit au nord du Niger, a annoncé jeudi le groupe français d'énergie nucléaire dans un communiqué.

micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

"La mine de Somaïr, exploitée par le groupe Areva, a fait l'objet d'une attaque terroriste ce matin aux environs de 5h30 heure locale", indique le groupe qui "condamne cette attaque odieuse" contre ses personnels. Areva ajoute que "le renforcement de la sécurité sur tous nos sites est assuré par les forces nigériennes".

Un véhicule a explosé sur un site de la compagnie nucléaire française Areva à Arlit, faisant des blessés, a indiqué un employé de la Somaïr, l'une des sociétés d'Areva exploitant l'uranium dans la zone.

Un 4x4 bourré d'explosif sur le site d'Areva

"Des responsables de la société nous ont indiqué que le kamikaze est mort dans l'explosion", a-t-il poursuivi sous couvert d'anonymat. "Un homme en treillis militaire conduisant un véhicule 4x4 bourré d'explosifs s'est confondu aux travailleurs de la Somaïr et a pu faire exploser sa charge devant la centrale électrique de l'usine de traitement d'uranium située à 7 km d'Arlit", a-t-il affirmé.

"Maintenant, tout est calme en ville et le travail n'a pas cessé", a assuré cet employé, faisant état de "dégâts mineurs" sur le site.

Attaque contre un camp militaire

À lire aussi
Philippe Bilger, ancien magistrat et avocat général l'heure du crime
Philippe Bilger : l'ancien avocat général raconte ses plus grandes affaires

Pratiquement au même moment, un autre véhicule a explosé devant un camp militaire à Agadez, faisant au moins dix morts dans les rangs de l'armée et des assaillants. Le ministre de la Défense Mahamadou Karidjo a déclaré : "L'explosion est due à un véhicule bourré d'explosifs".

"Les assaillants ont été neutralisés", a-t-il dit en ajoutant : "ce sont des +peaux rouges+", en allusion à des membres des communautés touareg ou arabe. Il s'agit des premiers attentats du genre dans l'histoire de ce pays pauvre et sahélien, engagé depuis début 2013 au Mali voisin contre des mouvements jihadistes.

C'est sur ce site d'Areva, la mine de Somaïr, que Pierre Legrand, Daniel Larribe, son épouse Françoise Larribe, Thierry Dol et Marc Furrer avaient été enlevés le 16 septembre 2010 par le groupe Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Ils faisaient partie d'un groupe de sept personnes, pour la plupart des collaborateurs des groupes Areva et Satom, une filiale de Vinci. Trois de ces personnes, dont Françoise Larribe, un ressortissant malgache et un Togolais, ont depuis été libérées. Les quatre autres restent détenues par Aqmi.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentat Info International
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants