2 min de lecture Niger

Niger : 92 migrants morts dans le désert, 3 jours de deuil national

Le gouvernement nigérien a déclaré trois jours de deuil national, après la mort de 92 migrants dans le désert, dont 52 enfants.

micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le gouvernement nigérien a décrété à partir de vendredi 1er novembre trois jours de deuil national pour la mort début octobre dans le désert du Sahara de 92 migrants qui cherchaient à rejoindre l'Algérie. "Profondément touché" par le drame migratoire, qui a fauché 52 enfants, 33 femmes et 7 hommes, le gouvernement nigérien a présenté "ses condoléances attristées aux familles éplorées" et invité "la population à prier pour la mémoire des disparus", dans un communiqué publié vendredi dans le quotidien officiel Le Sahel.

"Les corps étaient décomposés, c'était horrible. Nous les avons trouvés en divers endroits, dans un rayon de 20 kilomètres et en petits groupes: souvent sous des arbres, ou en plein soleil. Parfois une mère et ses enfants, parfois des enfants seuls", avait raconté quelques jours plus tôt raconté Almoustapha Alhacen, responsable de l'ONG Aghir In'man (bouclier humain en langue touareg), qui s'est rendu sur place pour chercher les dépouilles. Certaines dépouilles avaient été "dévorées par des chacals et autres fauves", a-t-il ajouté. Les cadavres ont été enterrés selon le rite musulman en présence d'un imam "au fur et à mesure qu'on les retrouvait", a précisé Almoustapha Alhacen.

Un véhicule en panne, le second parti chercher une pièce de dépannage est lui aussi tombé en panne


Deux véhicules ayant servi à transporter les migrants ont été retrouvés en panne dans le désert, l'un à 83 km d'Arlit (nord du Niger, d'où étaient partis les migrants), l'autre à 158 km, a indiqué la source sécuritaire. "Un premier véhicule est tombé en panne. Le second est revenu à Arlit pour chercher la pièce de dépannage après avoir débarqué tous ses occupants, mais il est lui aussi tombé en panne", a-t-elle poursuivi.

Le Niger, l'un des pays les plus pauvres au monde, est confronté à des crises alimentaires récurrentes. Le phénomène d'émigration y est massif. Le décès de clandestins en plein désert, souvent abandonnés par leurs passeurs à une mort certaine, se révèle assez fréquent, mais dans des proportions bien moindres. La dernière catastrophe d'une ampleur comparable avait été rapportée en mai 2001 en Libye, considéré du temps de Mouammar Kadhafi comme un eldorado pour les migrants africains, quand 140 d'entre eux étaient morts de soif dans le désert.

À lire aussi
Un A380 d'Air France, le 27 novembre 2013, au Mexique. (archives) avions
Un réacteur d'un A380 d'Air France tombe en panne en plein vol

Depuis la chute du dictateur, la Libye est davantage devenue une porte d'entrée pour l'Europe. La route migratoire y menant est bien plus fréquentée que celle pour aller en Algérie. Près de 5.000 Ouest-Africains, dont de nombreux Nigériens, ont transité chaque mois entre mars et août 2013 par Agadez, la grande ville du nord du pays, afin de se rendre en Libye, a recensé l'ONU.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Niger Info International
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants