3 min de lecture François Fillon

Mort de Mandela : Aubry, Désir, Fabius, Fillon, Copé... lui rendent hommage

A droite comme à gauche, les politiques ont exprimé leur émotion au moment de la mort du héros de l'anti-apartheid.

Harlem Désir, le 5 octobre 2013. (archives)
Harlem Désir, le 5 octobre 2013. (archives) Crédit : THOMAS SAMSON / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le décès de Nelson Mandela, chez lui, à son domicile de Johannesbourg, a visiblement touché les hommes et femmes politiques français.

Ainsi, Martine Aubry a déploré la perte du "plus grand chantre de la liberté". "Mandela a certes fait l'histoire de son pays, mais il laisse aussi une empreinte si puissante dans le monde. Chacun a partagé son combat contre l'Apartheid, ses souffrances, l'émotion de sa libération et la fierté de son élection à la Présidence de l'Afrique du Sud", a confié la maire de Lille. "Il est de la lignée d'un Martin Luther King. Son visage bienveillant et son sourire inoubliable resteront pour toujours une incarnation de la tolérance. Il nous appartient aujourd'hui de préserver et de continuer à porter son message universel de paix et d'humanité".

La ministre de la Justice Christiane Taubira a réagi sur Twitter : "Repose en paix, Madiba. Nos cœurs, ton linceul", a-t-elle écrit.

Pour sa part, Harlem Désir a déclaré: "Au-delà de l'Afrique du Sud, c'est le monde qui perd aujourd'hui son plus grand combattant contre le racisme, et une figure universelle de l'égalité et de la fraternité. (...) Il incarne la révolte contre l'asservissement, la liberté retrouvée de tout un peuple mais aussi la force du pardon. (...) Il restera une référence pour tous les combattants de la liberté et de l'égalité, il est de ces êtres rares en lesquels l'humanité entière se reflète. Je garde en mémoire l'image d'un homme à la présence et au charisme extraordinaire de force et d'humilité".

À lire aussi
Emmanuel Macron serrant la main de François Fillon le 8 décembre 2017 politique
VIDÉO - Emmanuel Macron est un "petit joueur", estime François Fillon

De son côté, l'ancien ministre français de la Culture Jack Lang qui, à la demande de l'ancien président français François Mitterrand, fut l'organisateur en 1990 à Paris de la cérémonie d'accueil en France de Nelson Mandela, a estimé qu'"en cette période où la politique est souvent déconsidérée, Nelson Mandela, offre aux nouvelles générations une grande leçon de vie". "Il montre que la politique peut être frappée du sceau du courage, de la conviction et surtout de la fidélité à son idéal", a-t-il ajouté, dans un communiqué.

"Une référence pour tous les combattants de la liberté"

De l'autre côté de l'éventail politique, Jean-François Copé (UMP) a assuré que "aujourd'hui, c'est une figure légendaire du XXe siècle qui nous quitte". "Le monde perd un géant de l'Histoire, une des plus belles figures de l'humanité", a poursuivi le maire de Meaux. Il "était un homme d'exception qui aura mis toute son intelligence et tout son charisme au service des valeurs les plus nobles : la liberté, l'égalité, la tolérance. Il incarnait intensément un humanisme authentique, source d'inspiration pour tous les hommes politiques".

Même son de cloche pour François Fillon. "Ce combattant de l'apartheid restera longtemps comme le symbole de la résistance et de la réconciliation. Après vingt-sept années d'emprisonnement, cet homme que ses geôliers voulaient briser et humilier trouva la force de résister et de pardonner. Plus que cela, il imagina et il construisit l'unité de l'Afrique du Sud, là où d'autres que lui auraient choisi la voie de la revanche". L'ancien Premier ministre l'assure, "l'Afrique du Sud perd et pleure son héros, mais au-delà de ses frontières c'est bien toute l'humanité dans ce qu'elle a de plus digne qui est endeuillée".

>
L'hommage de François Fillon à Nelson Mandela Crédit Média : RTL | Durée : | Date :

Au centre, Jean-Louis Borloo, enfin, a exprimé son désarroi : "C'est le plus beau combat d'espoir du XXe siècle qui s'achève. Mais c'est aussi une voie qui a été ouverte". "Mandela, c'est ce message universel qui parle à chacun de nous : gardez l'espoir, gardons l'espoir. Gardons l'esprit en éveil et le coeur ouverts", a affirmé le député du Nord. "Ne nous laissons pas prendre au piège des exclusions et du fatalisme, qui sans rien changer, dégrade et avilie".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
François Fillon Harlem Désir Jean-François Copé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants