1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Migrants : Laurent Fabius dénonce l'attitude de certains pays de l'est
1 min de lecture

Migrants : Laurent Fabius dénonce l'attitude de certains pays de l'est

Le chef de la diplomatie française juge "scandaleuse" l'attitude notamment de la Hongrie face à la crise migratoire.

Laurent Fabius le 26 août 2015.
Laurent Fabius le 26 août 2015.
Crédit : MIGUEL MEDINA / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Laurent Fabius a jugé ce dimanche 30 août "scandaleuse" l'attitude de certains pays de l'est de l'Europe face à la crise des réfugiés. À commencer par la Hongrie qui a érigé une clôture de fils de fer barbelés à la frontière avec la Serbie. Un rempart contre le flux de milliers de migrants qui tentent de gagner l'Europe occidentale comme le présente le Premier ministre hongrois, Victor Orban.

La Commission européenne a souhaité répartir les demandeurs d'asile dans les pays européens pour soulager les pays d'arrivée. Cette répartition sur la base du volontariat se heurte toutefois au manque de volonté de certains pays, dont la Hongrie, l'Autriche, la Slovaquie et la Slovénie. "L'Allemagne a un comportement très courageux, la France est à ses côtés, mais il faut que l'ensemble de l'Europe prenne ses responsabilités", a estimé Laurent Fabius.

140.000 migrants ont traversé la frontière Serbie-Hongrie

Il s'est également dit très "sévère" envers la Hongrie qui, selon lui, ne "respecte pas les valeurs communes de l'Europe" en posant des grillages à sa frontière. Pour lui, il faut "bien sûr" que la Hongrie démantèle ce mur et que l'Union européenne ait "une discussion sérieuse et sévère" avec les dirigeants hongrois.

La Hongrie, pays de transit pour des migrants et réfugiés qui cherchent à gagner l'Europe occidentale, a hâtivement érigé une clôture de fils de fer barbelés sur les 175 km de sa frontière avec la Serbie. Un millier de policiers sont déployés près de la barrière. Quelque 2.000 de plus sont attendus après le 1er septembre. En tout, depuis janvier, 140.000 personnes, dont un grand nombre de Syriens, d'Irakiens ou d'Afghans fuyant la guerre, ont traversé cette frontière.

À lire aussi

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/