1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Migrants : "Il faut des contrôles aux frontières extérieures de l'Europe", selon François Hollande
2 min de lecture

Migrants : "Il faut des contrôles aux frontières extérieures de l'Europe", selon François Hollande

REPLAY - RÉACTION - Le président de la République souhaite que des "centres d'enregistrement" limitent l'afflux des migrants en Europe.

François Hollande
François Hollande
Crédit : PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
Migrants : "Il faut des contrôles aux frontières extérieures de l'Europe", selon François Hollande
00:41
Le contrôle des frontières européennes
01:45
Vincent Derosier & Clémence Bauduin

Alors que l'Autriche et l'Allemagne rétablissent les contrôles à leurs frontières, François Hollande insiste sur le fait que l'Europe doit améliorer sa gestion du flux de migrants. Pour ce faire, il prône l'installation par Bruxelles de "centres d'enregistrement" aux frontières de l'Europe. Cette déclaration coïncide avec la réunion cruciale des 28 ministres de l'Intérieur européens ce lundi 14 septembre à Bruxelles. 

Les pays qui devraient accueillir ces centres d'enregistrement sont la Grèce, et notamment les îles de Kos et de Lesbos où les migrants affluent, l'Italie et enfin la Hongrie, qui a accueilli plus de 5.800 migrants sur la seule journée du 13 septembre. L'objectif principal de ces centres serait de distinguer les réfugiés - qui ont fui leur pays pour des raisons sécuritaires - des migrants économiques qui, eux, ne seront pas autorisés à entrer dans l'espace Schengen.

Car ces centres de contrôle visent à sécuriser les 26 pays membres de l'espace Schengen. Mis en place en 1995, il vise à laisser circuler librement les citoyens européens d'un pays membre de cet espace à un autre pays membre. En revanche, il prône un contrôle strict de ses frontières extérieures vis-à-vis de l'entrée de non-citoyens européens. Ainsi, le récent rétablissement des contrôles aux frontière allemande et autrichienne ne rompt pas avec les caractéristiques de l'espace Schengen.

François Hollande considère que ces postes d'enregistrement sont "la condition pour que les réfugiés puissent être accueillis dignement et de manière maîtrisée". Le chef de l'État affirme qu'il s'est entretenu sur ce sujet avec son homologue allemande, Angela Merkel, et que l'Allemagne, en proie elle aussi à une arrivée massive de migrants, partage cette volonté d'installer des centres d'enregistrement en Hongrie, en Italie et en Grèce. Pas moins de 63.000 réfugiés sont arrivés à Munich depuis début Septembre.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/