2 min de lecture Migrants

Migrants : Aylan Kurdi et sa famille voulaient fuir la ville de Kobané, en Syrie

REPLAY / ÉCLAIRAGE - Le corps d'Aylan Kurdi, 3 ans, a été retrouvé échoué sur une plage en Turquie, mercredi 2 septembre. Sa mère et son frère sont aussi morts noyés. Seul son père a survécu.

RTL Midi -  Christelle Rebière RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
Migrants : Aylan Kurdi et sa famille voulaient fuir la ville de Kobané en Syrie Crédit Image : STR / DOGAN NEWS AGENCY / AFP | Crédit Média : Christophe Decroix | Durée : | Date : La page de l'émission
Christophe Decroix
Christophe Decroix et Cécile De Sèze

Il s'appelait Aylan Kurdi. L'image de son corps échoué, face contre terre, sur une plage de la station balnéaire de Bodrum, en Turquie, est en train de devenir le symbole de l'insoutenable sort des migrants. Le journal Le Monde est le seul en France à le mettre à la une alors que les quotidiens du monde entier ont déjà réagi. 

Seul le père a survécu

Aylan était Syrien, il avait trois ans. Il est mort noyé dans le naufrage d'une embarcation. Avec ses parents et son frère Galip, ils étaient partis de Kobané, cette ville de Syrie reprise par les kurdes aux islamistes de Daech, mais où les combats se poursuivent régulièrement. La famille avait décidé de tenter sa chance en empruntant l'une de ces petites embarcations de passeurs qui partent de Bodrum, en Turquie, pour l'île de Kos, en Grèce. 

Mais une demi-heure après leur départ, le bateau a chaviré. 12 personnes auraient trouvé la mort, parmi lesquels cinq enfants. Aylan, dont on a découvert le corps inerte sur le sable, n'avait pas de gilet de sauvetage. Son frère Galip, 5 ans, dont on a également retrouvé le corps, non plus. Pas plus que leur mère, Rehan, 35 ans, morte également. Seul le père, retrouvé inconscient, est vivant.

Retour du père à Kobané pour enterrer sa famille

Avant de tenter ce dangereux voyage, Abdullah et Rehan, leurs parents, avaient apparemment cherché les moyens légaux de fuir cet enfer. Mais les Kurdes de Syrie ont souvent du mal à obtenir le statut de réfugiés que délivre l'ONU. Du coup, la Turquie, toute proche de Kobané, ne leur accorde pas de visa. Abdullah avait aussi déposé une demande d'asile au Canada où vit l'une de ses sœurs. Mais sa demande avait été rejetée en juin dernier. Le père, accablé de douleur, voudrait maintenant retourner à Kobané pour y enterrer sa femme et ses deux enfants.

À lire aussi
Une opération de sauvetage de migrants à Lampedusa (Italie), le 5 avril 2015 Italie
Migrants : le témoignage effroyable d'un garde-côte italien

L'histoire fait réagir dans les rangs politiques. Le premier ministre Manuel Valls tweete sur "l'urgence d'agir, l'urgence d'une mobilisation Européenne". Les ministres français "concernés" vont se réunir ce jeudi 3 septembre à l'Élysée autour de François Hollande. L'Europe n'a pas connu une telle vague migratoire depuis la seconde guerre mondiale. Depuis janvier, ils sont 300.000 à avoir traversé la Méditerranée, 140.000 ont emprunté la route des Balkans. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Migrants Turquie Syrie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants