1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Manchester : le commando du 13-Novembre était venu faire des repérages dans la ville
3 min de lecture

Manchester : le commando du 13-Novembre était venu faire des repérages dans la ville

Mohamed Abrini, un jihadiste impliqué dans les attentats de Paris et Bruxelles était venu à Manchester durant l’été 2015 selon Mediapart.

Un policier sur les lieux de l'explosion meurtrière à Manchester, le 23 mai
Un policier sur les lieux de l'explosion meurtrière à Manchester, le 23 mai
Crédit : PAUL ELLIS / AFP
Geoffroy Lang
Geoffroy Lang

La Grande-Bretagne constitue une des cibles privilégiées de l’État islamique depuis plusieurs années désormais. Après plusieurs attaques terroristes, dont la dernière en date avait causé la mort de quatre personnes aux abords du Parlement britannique, la Grande-Bretagne vient cependant de connaître l’attentat le plus meurtrier sur son sol depuis les attaques du 7 juillet 2005 à Londres. L’attentat qui a ensanglanté Manchester dans la soirée du 22 mai se démarque par son possible lien avec les attentats qui ont frappé Paris et Bruxelles.

Au centre de cette connexion entre du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis, du 22 mars 2016 à Bruxelles, et désormais du 22 mai 2017 à Londres, on retrouve un homme : Mohamed Abrini. Ce jihadiste belge est soupçonné d’être le logisticien des attentats du 13 novembre, après avoir été aperçu au côté de Salah Abdeslam peu avant les attentats de Paris et Saint-Denis. Il a également été identifié comme "l’homme au chapeau", saisi par les caméras de l’aéroport de Zaventem en train de pousser des explosifs sur un chariot, quelques minutes avant l’attaque du 22 mars. Peu après son interpellation le 8 avril 2016, les services secrets anglais avaient découvert des traces d’un voyage du logisticien du commando du 13-Novembre lors de l’été 2015, comme le rapporte Mediapart.

Abrini avait photographié le stade de Manchester United

Mohamed Abrini a ainsi débarqué à l’aéroport de Heathrow, en provenance d’Istanbul, le 9 juillet 2015. Du 10 au 13, il visite un casino de l'enseigne Grosvenor à Birmingham et photographie différents endroits de cette ville des Midlands, et notamment sa station de train. Les 13 et 14 juillet, Mohamed Abrini a poursuivi son voyage à Manchester, où il a encore visité et photographié un casino Grosvenor, et Old Trafford, le stade de football de Manchester United.

Interrogés par les enquêteurs sur les raisons de son séjour outre-manche, Mohamed Abrini assure qu’il s’agit d’un simple voyage touristique. Le jihadiste a assuré qu’après s’être rendu en Syrie en juin 2015, afin de visiter la tombe de son petit frère mort au combat, il aurait rencontré un ami d’enfance, Abdelhamid Abaaoud, qui lui aurait demandé d'aller récupérer 3 000 livres en Angleterre avant de rentrer en Belgique. Un témoignage qui a laissé les enquêteurs dubitatifs, rapporte Mediapart, car Abdelhamid Abaaoud lui aurait confié 2 000 dollars pour financer ce voyage, ce qui n’aurait permis qu’un bénéfice de 500 (plus de 446 euros), une fois les frais déduits.

Plusieurs éléments pointent des repérages

À lire aussi

L’analyse d’un ordinateur retrouvé dans une poubelle à Schaerbeek, au lendemain des attentats de Bruxelles, nourris un peu plus les suspicions des services de renseignements sur la venue de Mohamed Abrini en Grande-Bretagne. On y a en effet retrouvé un message attribué Najim Laachraoui, l’artificier des deux attentats, enregistré entre le 15 février et le 15 mars 2016, dresse un état des lieux sur l’avancement des projets d’attentats de la cellule terroriste bruxelloise à un certain "Abou Ahmed", le commanditaire présumé et émir de l'État islamique basé en Syrie.

Au cours de ce message, le jihadiste belge fait état de projet d’attentats abandonnés en Grande-Bretagne : "Et on t’avait parlé de l’Angleterre… Ouais, ça, on a oublié, tu vois ? II faut… Ouais, on oublie." Il est donc très fortement probable que Mohamed Abrini ait conduit des repérages en Grande-Bretagne, et donc à Manchester. Ces pistes auraient été abandonnées par le commando du 13-Novembre, peut-être en raison des difficultés pour introduire des explosifs sur le territoire britannique.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/