3 min de lecture Presse

Liberté de la presse en 2016 : pourquoi la France est-elle aussi mal classée ?

L'Hexagone a chuté de sept places en un an au classement de la liberté de la presse. Une dégringolade qui se traduit, selon RSF, par la présence du terrorisme, une méprise grandissante des médias, contrôlés par des financiers.

Dans le classement 2016 sur la liberté de la presse, l'association Reporters Sans Frontières (RSF) positionne la France à la 45e place
Dans le classement 2016 sur la liberté de la presse, l'association Reporters Sans Frontières (RSF) positionne la France à la 45e place Crédit : GABRIEL BOUYS / AFP
Ana Boyrie

L'association Reporters Sans Frontières (RSF) a publié ce mercredi 20 avril son dernier classement mondial de la liberté de la presse, qui révèle la dégringolade de la France. En effet, l'Hexagone avait vu sa note dégradée l'an dernier, d'autant qu'elle ne s'était maintenue à la 38e place qu'au bénéfice des "performances" pires encore d'autres États. En 2016, la France chute de sept places, et se retrouve à la 45e place sur 180 pays audités

Dans ce classement, plus la note est élevée, pire c'est. Cette année, la France affiche une note de 23,83 contre 21,15 en 2015 et 20,41 en 2014. Un relevé de notes qui appelle l'Hexagone à faire ses preuves. Le classement de l'ONG est établi "selon les critères du degré de liberté dont jouissent les journalistes", évalué d'après un questionnaire de 87 questions posées aux professionnels, juristes et sociologues, "sur une appréciation du pluralisme, de l'indépendance des médias, de la qualité du cadre légal et de la sécurité des journalistes dans ces pays". 

Les attentats et la lutte contre le terrorisme tirent les médias vers le bas

Selon l'association, la chute de la France s’explique notamment par l’assassinat des huit collaborateurs de Charlie Hebdo en janvier 2015, "la pire exaction commise envers des journalistes sur le sol européen", ajoute le site. Ces attaques terroristes "ont eu une influence", confirme Christophe Deloire à 20 minutes, secrétaire général de Reporters Sans Frontières.

À lire aussi
Les journalistes Kyaw Soe Oo et Wa Lone menottés après leur sentence à 7 ans de prison en Birmanie, lundi 3 septembre presse
Birmanie : Paris et l'ONU se soulèvent contre la condamnation des deux journalistes

De plus, les multiples lois présentées dans le cadre de la lutte contre le terrorisme ont augmenté les possibilités d'écoutes, et ont affaibli la liberté d'expression. La loi sur le renseignement du 24 juillet 2015, bien qu'elle prévoie une procédure plus protectrice pour les journalistes, fait peser un risque sur la protection du secret de leur travail. 

Les médias contrôlés par des hommes d'affaires

Ce tableau de bord pointe également l’appropriation des médias par  "une poignée d’hommes d’affaires ayant des intérêts extérieurs au champ des médias". Ces derniers "finissent par posséder la grande majorité des médias privés à vocation nationale", qui selon l'ONG constitue la principale raison du recul relatif de la France. Il y a notamment l’entrée de Vincent Bolloré au capital de Canal+, "marquée par des intrusions de l’actionnaire dans l’éditorial", explique l'association. 

En effet, dans une interview au site Arrêt sur Images, le journaliste de l'émission Spécial Investigation révélait que de nombreux sujets comme "Volkswagen, entreprise de tous les scandales", ou encore "François Homeland" (une enquête sur le président et les guerres) ont été refusés par la nouvelle direction. Ajoutons à cela, l'arrivée de l'homme d'affaires Patrick Drahi, le 3 juin 2015, au sein du groupe Express. 

"Le paysage médiatique français est largement constitué de groupes dont les propriétaires ont d’autres intérêts, qui souvent pèsent beaucoup plus, que leur attachement au journalisme", dénonce Reporters Sans Frontières. Une situation qui entraîne des conflits d’intérêts, qui à leur tour menace la liberté de l’information. La situation économique des médias est également ciblée. 

La presse française de moins en moins appréciée

L'ONG Reporters Sans Frontières pointe également "une hostilité grandissante à l’égard des journalistes", aussi bien de la part de responsables politiques que des militants. Le Front national est un exemple cité par l'association, lorsque le parti s’est notamment fait remarquer par son attitude agressive, en restreignant l’accès de la presse à ses meetings. Sans oublier le scandale des journalistes roués de coups par les sympathisants du Front national. Ce classement alarme la France à l'égard de ces agressions qui se multiplient lors des manifestations. 

L'Europe dans son ensemble "est aussi victime des démons du monde". La Russie est la première cible dans le viseur de l'ONG, et obtient la 148e place. "La pression sur les médias indépendants ne cesse de s'intensifier depuis le retour de Vladimir Poutine au Kremlin en 2012", affirme le site. Entre des lois liberticides, la reprise en main de titres de référence ou encore les blocages de sites d'information, RSF ne sait plus où donner de la tête et condamne les grandes chaînes de télévision qui "abreuvent les citoyens d'un déluge de propagande". Selon l'association, "le continent ne s'illustre pas par une trajectoire positive". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Presse Médias Liberté
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7782916038
Liberté de la presse en 2016 : pourquoi la France est-elle aussi mal classée ?
Liberté de la presse en 2016 : pourquoi la France est-elle aussi mal classée ?
L'Hexagone a chuté de sept places en un an au classement de la liberté de la presse. Une dégringolade qui se traduit, selon RSF, par la présence du terrorisme, une méprise grandissante des médias, contrôlés par des financiers.
https://www.rtl.fr/actu/international/liberte-de-la-presse-en-2016-pourquoi-la-france-est-elle-aussi-mal-classee-7782916038
2016-04-21 00:34:35
https://cdn-media.rtl.fr/cache/XZvGISNfhqF4ROjkcAHt0Q/330v220-2/online/image/2016/0420/7782916146_dans-le-classement-2016-sur-la-liberte-de-la-presse-l-association-reporters-sans-frontieres-rsf-positionne-la-france-a-la-45e-place.jpg