2 min de lecture Info

Liban : double attentat meurtrier devant l'ambassade d'Iran

Un double attentat a fait au moins 22 morts et près de 150 blessés à Beyrouth, tout près de l'ambassade d'Iran dans la capitale libanaise, ce mardi.

Les décombres d'un bâtiment à Beyrouth au Liban après un double attentat devant l'ambassade d'Iran, le 19 novembre 2013.
Les décombres d'un bâtiment à Beyrouth au Liban après un double attentat devant l'ambassade d'Iran, le 19 novembre 2013. Crédit : AFP / Anwar Amro
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Un double attentat a été perpétré ce mardi 19 novembre à Beyrouth devant l'ambassade d'Iran, principal allié du régime syrien. "Il y a au moins 22 morts et 146 blessés. Ce n'est pas un bilan définitif", a affirmé le ministre libanais de la Santé, Ali Hassan Khalil, à l'AFP.

Parmi les morts figure cheikh Ibrahim Ansari, conseiller culturel de l'ambassade, de nationalité iranienne, a affirmé une source officielle libanaise : "Il entrait dans l'ambassade quand l'explosion a eu lieu. Il a été grièvement blessé et est mort à l'hôpital".

L'attentat s'est produit peu avant 10H00 (9H00 en France) à Bir-Hassan, un quartier résidentiel du sud de Beyrouth à majorité chiite et bastion du Hezbollah. "Une moto a d'abord explosé suivie quelques minutes plus tard par une voiture qui se trouvait à 30 mètres. Il y a au moins 15 personnes. Les attentats visaient probablement l'ambassade d'Iran", a affirmé un haut responsable des services de sécurité. "Nous ne pouvons pas encore dire s'il s'agit d'attentats suicide ou d'explosions actionnées à distance", a-t-il ajouté.

Israël accusé par l'Iran


L'Iran a accusé Israël d'être derrière ce double attentat. "L'acte terroriste" perpétré devant l'ambassade iranienne est un "crime inhumain et haineux des sionistes et de leurs mercenaires", a déclaré dans un communiqué la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Marzieh Afkham, confirmant qu'un diplomate iranien avait été tué dans l'attentat.

À lire aussi
Le site Whirlpool d'Amiens (illustration) industrie
Les infos de 6h30 - Whirlpool : Emmanuel Macron doit revoir les ex-salariés à Amiens

Il s'agit du troisième attentat visant un bastion du Hezbollah chiite, puissant parti libanais armé combattant en Syrie auprès des troupes de Bachar al-Assad, et dont le principal parrain est Téhéran. Selon une source au ministère libanais des Affaires étrangères, l'ambassadeur d'Iran Ghadanfar Rokon Abadi est sain et sauf.

Des corps calcinés


Le poste du gardien de l'ambassade d'Iran a été dévasté ainsi que les façades d'au moins quatre immeubles en face de l'ambassade. Des dizaines de motos et de voitures étaient calcinées. Des images diffusées par les chaînes de télévision ont montré des habitants affolés, tentant de secourir des blessés, des corps calcinés et des voitures en feu.

Un habitant du secteur a affirmé avoir entendu deux déflagrations, l'une puissante suivie deux minutes après d'une autre moindre, avant de voir une épaisse fumée se dégager du lieu de l'attentat. Les pompiers tentaient d'éteindre les incendies.

La banlieue sud de Beyrouth a été frappée en été par deux attentats à la voiture piégée dont le deuxième a fait 27 morts. Le deuxième attentat a été revendiqué par un groupuscule inconnu dans une vidéo non authentifiée où il explique qu'il s'agit d'une riposte à l'engagement du Hezbollah en Syrie. Le chef du parti chiite, Hassan Nasrallah, a accusé des "extrémistes".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Info International
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants