1 min de lecture Crise en Grèce

Les Grecs aux urnes pour voter pour ou contre l'euro

Les élections législatives en Grèce s'apparentent en réalité à un vote pour ou contre l'euro et les mesures d'austérité. Les électeurs grecs tiennent le monde en haleine samedi, à la veille de législatives cruciales pour la marche économique du pays et son maintien dans l'euro. Évalués à quelque 700.000, les indécis devront départager la droite d'Antonis Samaras, qui se présente comme garante de l'ancrage du pays dans la zone euro, et la gauche radicale d'Alexis Tsipras, dressée contre l'austérité et les réformes imposées à la Grèce. Angela Merkel a exclu samedi une quelconque renégociation des termes de l'accord international de renflouement financier de la Grèce avec le vainqueur, quel qu'il soit.

Une femme regarde les affichages électoraux dans une rue d'Athènes, le 16 juin 2012 à la veille des législatives en Grèce
Une femme regarde les affichages électoraux dans une rue d'Athènes, le 16 juin 2012 à la veille des législatives en Grèce Crédit : AFP/Andreas Solaro
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et Gwendoline Debono

Chaque camp autour de 30%
  
Selon les sondages, frappés d'une interdiction de publication mais qui circulent sous le manteau, le score de chacun des camps varie autour de 30%.
  
"C'est vrai qu'on a envie de faire sauter un système qui ne marche pas, mais j'ai peur que Tsipras ne se révèle au final aussi incapable que les autres, et que la situation continue à s'aggraver", confie Dora Fotopoulou, une psychologue de 48 ans.
  
Une des inconnues des élections est le score des néonazis d'Aube Dorée, qui avaient créé la surprise en obtenant 21 sièges sur 300 lors du premier scrutin début mai. La formation ultranationaliste se maintiendrait au Parlement selon les sondages grecs.
  
Tout oppose Samaras et Tsipras

S'ils partagent la volonté de renégocier les modalités de la cure de rigueur dictée par l'UE et le FMI en contrepartie du sauvetage financier du pays -340 milliards d'euros de prêts et 107 milliards de créances effacées- le conservateur raide et le charismatique enfant terrible de la gauche s'opposent sur tout le reste.
  
Favori des chancelleries européennes, en dépit de son intransigeance nationaliste et de son ralliement à reculons et ambigu à la rigueur, M. Samaras, 61 ans, plaide pour le maintien dans l'euro à tout prix.
  
Il s'est déjà affirmé prêt à former une gouvernement "de salut national", avec le renfort souhaité des socialistes, attendus en troisième position, si comme prévu les électeurs ne donnaient à aucun parti la majorité absolue de 151 sièges au Parlement.
  
Gravement sanctionnée lors du premier scrutin inconclusif du 6 mai, la ND est créditée d'avoir en partie récupéré ses électeurs déçus qui avaient succombé au vote populiste, voire aux sirènes du parti néonazi Aube Dorée.
  
Tsipras veut une "rude négociation" avec les bailleurs de fonds

En face, le Syriza peine à expliquer comment il maintiendra le pays à flot et dans l'euro, tout en tournant le dos à l'orthodoxie financière au profit d'une politique de relance via nationalisation et redistribution des ressources. Partenaires européens et créanciers ont menacé la Grèce d'une sortie de l'euro si elle ne tenait pas ses engagements d'austérité.
  
M. Tsipras, 37 ans, doit composer avec l'unanisme pro-euro des Grecs, mais il surfe aussi sur leur rejet d'une austérité perçue comme sans issue.

Même à l'étranger, de plus en plus de voix s'élèvent pour reconnaître que le rythme de l'assainissement budgétaire devra être ralenti. Quant aux partisans d'une éviction grecque de l'euro, ils n'ont pas encore convaincu de l'inocuité de cette option pour la stabilité de la monnaie unique et l'économie mondiale.
  
En cas de victoire de son parti, M. Tsipras s'est donné dix jours pour mener une "rude négociation" avec les bailleurs de fonds, avec comme enjeu les 90 milliards d'euros qu'attend encore le pays jusqu'en 2015, et dont le versement a été suspendu.
  
Et si la gauche radicale devait être maintenue dans l'opposition, elle risque de se livrer à une guerre d'usure qui augure mal de la marge de manoeuvre et de la viabilité d'un éventuel attelage conservateurs-socialistes, et de la tranquillité d'esprit des dirigeants européens.

Merkel "exclue une renégociation"

De son côté, Angela Merkel a exclu samedi une quelconque renégociation des termes de l'accord international de renflouement financier de la Grèce avec le vainqueur, quel qu'il soit, des élections législatives de dimanche.

"C'est pourquoi il est si important que le scrutin grec débouche de préférence sur (l'arrivée au pouvoir d'un gouvernement) disant: 'oui, nous honorerons ces accords'", a déclaré la chancelière d'Allemagne devant un congrès de son parti, la CDU, dans le land de Hesse.

(Avec AFP)

Lire la suite
Crise en Grèce Grèce FMI
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7749602817
Les Grecs aux urnes pour voter pour ou contre l'euro
Les Grecs aux urnes pour voter pour ou contre l'euro
Les élections législatives en Grèce s'apparentent en réalité à un vote pour ou contre l'euro et les mesures d'austérité. Les électeurs grecs tiennent le monde en haleine samedi, à la veille de législatives cruciales pour la marche économique du pays et son maintien dans l'euro. Évalués à quelque 700.000, les indécis devront départager la droite d'Antonis Samaras, qui se présente comme garante de l'ancrage du pays dans la zone euro, et la gauche radicale d'Alexis Tsipras, dressée contre l'austérité et les réformes imposées à la Grèce. Angela Merkel a exclu samedi une quelconque renégociation des termes de l'accord international de renflouement financier de la Grèce avec le vainqueur, quel qu'il soit.
https://www.rtl.fr/actu/international/les-grecs-aux-urnes-pour-voter-pour-ou-contre-l-euro-7749602817
2012-06-16 17:03:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/m9MQ2a4_eYIUrYSpbkZWhw/330v220-2/online/image/2012/0616/7749603362_une-femme-regarde-les-affichages-electoraux-dans-une-rue-d-athenes-le-16-juin-2012-a-la-veille-des-legislatives-en-grece.jpg