1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Les frappes en Syrie "vont durer longtemps", prédit le Général Patrick Chareix
2 min de lecture

Les frappes en Syrie "vont durer longtemps", prédit le Général Patrick Chareix

REPLAY / INVITÉ - La France a effectué dimanche matin ses premières frappes aériennes en Syrie et détruit un camp d'entraînement de l'EI. Pour le Général Patrick Chareix, l'opération est loin d'être terminée.

Un Rafale
Un Rafale
Crédit : ECPAD / AFP
Les frappes en Syrie "vont durer longtemps", prédit le Général Patrick Chareix
04:19
Philippe Robuchon

La France a commencé son offensive militaire contre Daesh. François Hollande a annoncé, depuis New York, les premières frappes aériennes françaises dans l'est de la Syrie. Des frappes qui ont permis, selon lui, de détruire un camp d'entraînement de l'État islamique. Pour le général Patrick Chareix, ancien patron des forces aériennes stratégiques, "ces 20 jours de mission de reconnaissance ont permis d'avoir quelques cibles. Sachant que l'orientation politique c'est d'attaquer la résilience de Daesh à travers ces camps de formation, c'est un objectif qui a été visiblement bien trouvé". 

François Hollande a également précisé que ce sont des Rafale qui ont mené ces frappes, ce qui "est intéressant" pour le spécialiste. En précisant que ces Rafale sont situés aux Émirats arabes unis, il y a à peu près "sept heures de vol" avec "au moins trois ou quatre ravitaillements en vol" pour aller au-dessus la Syrie, ce qui veut dire "que l'on a bien utiliser les ravitailleurs de la coalition" internationale, menée par les États-Unis. 

D'autres frappes à venir

Le chef de l'État a par ailleurs annoncé qu'aucun civile syrien n'avait été une victime collatérale de l'opération. Mais comment en être sûr ? Pour le général, "si ce sont des bâtiments d'infrastructure et si on les a observés depuis quelques temps (...) a priori, on est capable d'identifier le faible risque de dégâts collatéraux. Mais ce qui est sûr, c'est que si le pilote français a un doute sur une possibilité de tirer sur quelqu'un qui a priori serait un civil, il ne tirera pas". 

Si le pilote français a un doute sur une possibilité de tirer sur quelqu'un qui serait un civil, il ne tirera pas

Le général Patrick Chareix

"D'autres frappes pourront avoir lieu dans les prochaines semaines si nécessaire avec toujours le même objectif", a déclaré François Hollande, à savoir, "identifier les cibles qui correspondent à des camps d'entraînement ou à des lieux où nous savons que le groupe terroriste Daesh peut menacer la sécurité de notre pays ou mener des actions terroristes". Pour Patrick Chareix, c'est une évidence que l'opération va se poursuivre. Il rappelle alors les frappes aériennes dans la première guerre du Golf ou encore en ex-Yougoslavie, qui ont été, selon lui, "des campagnes aériennes de longue haleine." "Cet investissement de frappes aériennes, il va évidemment durer longtemps", conclut-il.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/