1 min de lecture Boko Haram

Les États-Unis offrent 5 millions de dollars pour la tête de Mokhtar Belmokhtar

Les États-Unis ont offert lundi jusqu'à 23 millions de dollars de récompense au total pour toute information conduisant à la capture du jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar.

micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Leur tête est désormais mise à prix par Washington. Les États-Unis promettent une enveloppe totale de 23 millions de dollars de récompense pour toute information conduisant à la capture du jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar, dît le borgne, ou à celle du chef de la secte islamiste nigériane Boko Haram, Abubakar Shekau. Ce dernier combat actuellement l'armée du Nigeria dans le nord-est du pays.

D'autres responsables du groupe Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) sont également visés par ce programme du département d’État, baptisé "récompenses pour la justice", qui offre depuis 1984 des sommes d'argent à tout informateur permettant l'arrestation ou l'élimination d'individus qui menacent les intérêts des États-Unis.

De nouvelles menaces d'attentats suicides

Donné pour mort par le Tchad en avril, Mokhtar Belmokhtar a menacé il y a dix jours de lancer de nouvelles attaques au Niger après des attentats suicide fin mai. Son groupe avait mené une énorme prise d'otages en janvier dans un complexe gazier en Algérie.

Cinq millions de dollars sont également promis pour la tête de Yahya Abou Al-Hammam, un dirigeant algérien d'Aqmi accusé d'être impliqué dans le meurtre d'un otage français en 2010. Malik Abou Abdelkarim, commandant d'Aqmi, et Oumar Ould Hamahathe porte-parole du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), un groupe islamiste chassé du Mali en janvier, sont également la cible de Washington, avec trois millions chacun de récompenses.

À lire aussi
Le leader de Boko Haram, Abubakar Shekau, dans une vidéo de propagande (illustration). Tchad
Tchad : au moins 11 militaires morts après une attaque attribuée à Boko Haram

"Aqmi est de plus en plus actif dans le nord et l'ouest de l'Afrique. Ils font partie des tout premiers groupes qui kidnappent contre rançons dans la nébuleuse terroriste mondiale", a expliqué un responsable du département d’État.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Boko Haram États-Unis États-Unis
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants