1 min de lecture International

Les députés votent la loi sur la négation des génocides

Malgré les menaces turques, les députés ont voté jeudi en début d'après-midi la proposition de loi qui punit la négation de tous les génocides, dont le génocide arménien de 1915 dans l'Empire Ottoman, aujourd'hui la Turquie. Le texte a déclenché la fureur des Turcs. Ankara ne décolère pas et promet des sanctions, même le président turc s'en est mêlé jeudi parlant d'une loi inacceptable. Un millier de personnes manifestaient tôt jeudi matin devant l'Assemblée nationale.

micro générique
La rédaction de RTL et Gwendoline Debono

 Les députés votent le texte sur la négation des génocides

Les députés français ont adopté jeudi en première lecture, par un vote à main levée, la proposition de loi UMP qui vise à pénaliser la négation des génocides et notamment le génocide arménien de 1915.

 Malgré les pressions de la Turquie, dont les dirigeants ont multiplié ces derniers jours les menaces à l'encontre de Paris, les députés ont validé le texte déposé par l'UMP Valérie Boyer.

Manifestation devant l'Assemblée


Les centaines de manifestants, massés sur la place du président Edouard Herriot (VIIe arrondissement de Paris), brandissaient des drapeaux français et turcs et des pancartes disant "l'histoire ne doit pas servir la politique", "le débat historique n'est pas le débat politique" et "la pêche aux voix ne doit pas se faire sur l'histoire d'un pays".

Les manifestants, en majorité des jeunes, dont les tracts étaient signés du Comité de coordination des associations franco-turques de France, étaient entourés de doubles barrières, tandis que des CRS bloquaient tous les accès à l'Assemblée nationale.

Le texte, qui doit être voté ce jeudi à l'Assemblée, vise à "réprimer la contestation ou la minimisation grossière" de tout génocide, dont le génocide perpétré contre les Arméniens dans l'Empire ottoman. Le texte prévoit un an de prison et 45.000 euros d'amende en cas de négation d'un génocide reconnu par la loi.

La France a déjà reconnu en 2001 l'existence d'un génocide d'Arméniens entre 1915 et 1917 (1,5 million de morts, selon les Arméniens).

Si la Turquie reconnaît que jusqu'à 500.000 personnes sont mortes au cours de cette période, elle considère qu'elles ont été les victimes des aléas de la Première Guerre mondiale.

Le vote de l'Assemblée nationale ne signifiera pas pour autant que le texte sera adopté. Il faudra ensuite un vote du Sénat, ce qui prendra plusieurs mois au minimum.

La Turquie en colère

Cette initiative a déchaîné la fureur des autorités turques qui ont dépêché en début de semaine à Paris deux délégations, l'une composée d'hommes d'affaires, l'autre de parlementaires, pour tenter d'infléchir la position française.

Depuis la semaine dernière, la Turquie menace la France de multiples représailles, diplomatiques avec le rappel de son ambassadeur, et économiques, avec le gel de plusieurs importants contrats.

Pour le vice-Premier ministre turc Bülent Arinç, ce vote  est une "trahison de l'histoire". "Je condamne le Parlement français qui a passé cette loi équivalant à une trahison de l'histoire et des réalités historiques", a déclaré M. Arinç sur son compte Twitter.

La communauté arménienne en France

Lire la suite
International Commémoration Turquie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants