2 min de lecture Économie

"Le Qatar va avoir du mal à respirer", analyse Christian Menanteau

ÉDITO - La mise au ban du Qatar par plusieurs pays du Golfe a été un coup de tonnerre. Est-ce que cet isolement peut avoir d’importantes conséquences économiques ?

Micro générique Switch 245x300 Eco Menanteau
>
"Le Qatar va avoir du mal à respirer", analyse Christian Menanteau Crédit Image : AFP | Crédit Média : RTLNET | Date :
La page de l'émission
Loïc Farge
Loïc Farge
Journaliste RTL

Ce n'est pas la première prise de bec du genre dans la Péninsule. Mais si elle est cette fois-ci d'une envergure inhabituelle, c'est aussi parce que le Qatar partage avec l'Iran - l'épouvantail de Péninsule arabique - un immense champ gazier, et que Doha est en position de force sur le marché très lucratif et très prometteur du gaz naturel liquéfié. Doha en est le troisième exportateur mondial. Or l'Égypte, en pointe avec l'Arabie saoudite dans l'isolement de ce minuscule pays, vient de confirmer la présence de réserves exceptionnelles de gaz au large de ses côtes en Méditerranée. C'est potentiellement l'un des réservoirs le plus important de la planète. Mettre le Qatar à l'index et le couper du circuit international, c'est aussi favoriser le Caire au détriment de Doha.

Les pays du Golfe sont de piètres nations sur le plan militaire. Ils se font donc la  guerre par d'autres moyens. Le Qatar va souffrir, c'est une certitude. Mais la seule façon de torpiller son économie serait un blocus des voies maritimesqui lui permettent aujourd'hui d'exporter son gaz. Et ça c'est inenvisageable : ni l'Iran, ni les grands pays occidentaux (États-Unis en tête) ne le toléreront. En clair, ce pays va avoir du mal à respirer, mais il ne va pas finir asphyxié.

Ce sont les populations qui vont subir le premier choc

Christian Menanteau
Partager la citation

Comme toujours dans ces crises, ce sont les populations qui vont subir le premier choc : quasiment la moitié des approvisionnements de ce micro-État de 2,3 millions d'habitants, dont seulement 300.000 détenteurs d'un passeport qatari, se fait par une route qui traverse l'Arabie saoudite. Bloquer ses frontières, c'est vider ses supermarchés et ses boutiques, geler le tourisme, ralentir le business, affaiblir la compagnie aérienne nationale, etc.

Il va vite se créer, c'est certain, des circuits parallèles, mais ils seront coûteux et fragiles. En clair : pénuries potentielles et envolée des prix sont à prévoir. À plus long terme, le Qatar, organisateur de la Coupe du monde de football de 2022 et qui construit à tout va des infrastructures (transport, hôpitaux, stades et hôtels), pourrait voir ce grand et très coûteux projet menacé par cet isolement. Isolement dont le symbole le plus significatif est la fermeture des liaisons aériennes interrégionales à compter de ce mardi 6 juin.

Le bloc-notes

À lire aussi
Un agriculteur dans son champs (illustration) agriculture
Les agriculteurs de plus en plus souvent financés par des particuliers

C'est finalement Arcelor-Mittal qui reprendra les aciers italiens de Liva, la plus grande aciérie d'Europe et la plus polluante aussi.

La note du jour

12/20 à Baccarat. La cristallerie va tenter de se relancer grâce à des investisseurs chinois. L'entreprise a été fondée en 1764, sous Louis XV.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Qatar Moyen-orient
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants