2 min de lecture Pape

Le pape François témoigne son soutien aux parents d'un bébé condamné

La justice a autorisé la fin du maintien en vie de Charlie Gard, bébé de 10 mois atteint d'une maladie mitochondriale. Ses parents souhaitent le faire bénéficier d'un traitement expérimental.

Dominique Volton sort un livre d'entretiens avec le pape
Dominique Volton sort un livre d'entretiens avec le pape Crédit : ANDREAS SOLARO / AFP
Benjamin Pierret
Benjamin Pierret
et AFP

La justice autorise la fin de son maintien en vie, ses parents se battent pour l'inverse. Connie Yates et Chris Gard, deux britanniques parents de Charlie Gard, un bébé de dix mois atteint d'une maladie génétique rare, ont reçu le soutien du pape François, dimanche 2 juillet. 

"Le Saint-Père suit avec affection et émotion l'affaire du petit Charlie Gard et exprime sa proximité à ses parents", a indiqué le Vatican dans un communiqué. "Il prie pour eux dans l'espoir que leur désir d'accompagner et de s'occuper de leur enfant ne soit pas dédaigné", a-t-il ajouté. Dans le texte, publié en italien, le Vatican a utilisé le terme "curare", qui signifie "s'occuper de", mais peut aussi signifier "soigner". 

Mardi 27 juin, la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a autorisé la fin du maintien en vie du nourrisson, qui souffre d'une maladie mitochondriale, emboîtant le pas à la justice britannique qui avait auparavant autorisé la fin de la ventilation artificielle de l'enfant. Connie Yates et Chris Gard, qui avaient saisi la CEDH en février dernier après que la Haute Cour britannique eut autorisé la fin de la ventilation artificielle de l'enfant, souhaitent au contraire l'emmener aux États-Unis pour le faire bénéficier d'un traitement expérimental. 

Une longue bataille juridique

Comme l'explique Libération, la maladie dont souffre Charlie Gard est extrêmement rare, et la forme dont il est atteint est la plus grave de toutes. Le quotidien détaille que son cerveau et ses capacités respiratoires sont gravement atteints, que plusieurs de ses organes sont affectés et qu'il souffre de surdité et d'épilepsie. On ignore si le bébé, qui perd progressivement sa capacité musculaire, ressent la douleur.

À lire aussi
Le Pape François arrivera au Japon le 24 novembre Pape François
Les infos de 18 heures - François va prononcer un discours "historique" contre la bombe nucléaire

L'hôpital où l'enfant était traité, le Great Ormond Street Hospital à Londres, souhaitait obtenir l'autorisation de mettre un terme à la ventilation artificielle de l'enfant et de lui prodiguer des soins palliatifs. Selon Libération, l'établissement souligne que le traitement dont ses parents souhaitent le faire bénéficier n'a "même pas encore atteint le stade expérimental sur des souris". La Haute Cour britannique a donné raison à l'hôpital le 6 juin au motif principal que les perspectives de guérison de l'enfant étaient faibles et que la prolongation d'un traitement sans issue positive réaliste ne faisait que prolonger ses souffrances. Un décision désormais validée au niveau européen. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Pape Pape François Religions
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants