1 min de lecture Egypte

Le nouveau président égyptien Mohamed Morsi veut revoir les accords de paix passés avec Israël

Mohamed Morsi a fait sa première déclaration diplomatique en tant que président égyptien lundi. Il a indiqué à l'agence de presse iranienne Farsi vouloir renforcer ses relations avec l'Iran et créer un équilibre entre les deux pays. Sa première décision semblerait de remettre en suspend les accords de Camp David, accords de paix que l'Egypte a signé en 1978 avec Israël, ennemi juré de Téhéran. Dans un monde arabe tendu, à rivalités sunnites et chiites, l'Egypte semble affirmer son soutient à l'Iran, largement contesté par la communauté internationale pour son soutient au président syrien Bachar al-Assad, et sa volonté de se doter de la bombe atomique.

studio-rtl
La rédaction numérique de RTL

"Créer un équilibre avec l'Iran" en se détachant d'Israël

Le président égyptien, Mohammed Morsi, du Parti de la liberté et de la justice issu des Frères Musulmans, annonce ce lundi dans une interview à l'agence de presse iranienne Fars son intention d'améliorer les relations de l'Egypte avec l'Iran pour créer un "équilibre" stratégique dans la région.

Mohammed Morsi a ajouté que l'Egypte allait "réviser les accords de Camp David" qui ont établi la paix avec Israël. "Mais tout cela sera fait par les organes gouvernementaux et le cabinet, car je ne prendrai aucune décision seul", a-t-il précisé.

"Notre politique à l'égard d'Israël sera basée sur l'égalité car nous ne sommes pas inférieurs à eux. Nous discuterons du droit des Palestiniens car cela est très important".

Le premier islamiste égyptien à prendre la tête du pays explique que le renforcement des relations entre l'Iran et l'Egypte "créera un équilibre stratégique régional et fait partie de mon programme".


Les relations entre l'Egypte et l'Iran sont rompues depuis 30 ans

Les relations diplomatiques entre les deux pays sont rompues depuis plus de 30 ans, mais un changement de politique est apparu des deux côtés depuis le renversement de l'ancien président Hosni Moubarak l'an dernier après un soulèvement populaire inspiré du "Printemps arabe" en Tunisie.

L'Egypte, où l'islam est majoritairement sunnite, et l'Iran à majorité chiite sont les pays les plus influents au Proche-Orient, mais n'ont plus de relations diplomatiques officielles depuis 1980, après la révolution islamique en Iran et la reconnaissance d'Israël par l'Egypte.

Mohamed Morsi, qui a accordé un entretien à l'agence Fars quelques heures avant la publication des résultats officiels de la présidentielle égyptienne dimanche, se dit désireux d'améliorer les relations avec Téhéran.

Des intentions qui risquent de déstabiliser l'Occident

Les commentaires du nouveau chef de l'Etat égyptien risquent de déstabiliser les puissances occidentales qui cherchent à faire fléchir l'Iran qu'elles soupçonnent de vouloir acquérir la bombe atomique par le biais de son programme nucléaire présenté comme ayant un objectif civil.

Les occidentaux ont d'ailleurs salué prudemment le processus démocratique qui a conduit à l'élection d'un candidat islamiste et ont souligné que la stabilité de l'Egypte était leur priorité.

L'Iran a une "vision splendide" de la démocratie egyptienne

Interrogé par l'agence sur sa première destination diplomatique après son élection, Mohamed Morsi a démenti les informations lui prêtant l'intention de se rendre en Arabie saoudite, grand rival de l'Iran dans la région.

"Je n'ai pas dit une chose pareille. Jusqu'à maintenant, mes premières visites internationales suivant ma victoire aux élections n'ont pas été déterminées."

Mohamed Morsi doit entamer ce lundi la formation d'un gouvernement civil, au lendemain de l'annonce par la commission électorale de sa victoire ausecond tour de la présidentielle, par 51,7% des voix face à Ahmed Chafik.

Les musulmans de l'ensemble du Proche-Orient ont salué l'élection du candidat des Frères musulmans. A Téhéran, le ministère iranien des Affaires étrangères a félicité le peuple égyptien et évoqué une "vision splendide de la démocratie", marquant la phase finale du "Réveil islamique".

L'Iran affiche un soutien sans faille au président syrien Bachar al Assad, son allié arabe le plus proche aux prises avec un soulèvement depuis 16 mois. Téhéran de son côté continue à faire la sourde oreille aux appels à la réforme de la rue depuis la réélection controversée du président Mahmoud Ahmadinejad en 2009.

Mohamed Morsi

Lire la suite
Egypte Élections Infographie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7749963516
Le nouveau président égyptien Mohamed Morsi veut revoir les accords de paix passés avec Israël
Le nouveau président égyptien Mohamed Morsi veut revoir les accords de paix passés avec Israël
Mohamed Morsi a fait sa première déclaration diplomatique en tant que président égyptien lundi. Il a indiqué à l'agence de presse iranienne Farsi vouloir renforcer ses relations avec l'Iran et créer un équilibre entre les deux pays. Sa première décision semblerait de remettre en suspend les accords de Camp David, accords de paix que l'Egypte a signé en 1978 avec Israël, ennemi juré de Téhéran. Dans un monde arabe tendu, à rivalités sunnites et chiites, l'Egypte semble affirmer son soutient à l'Iran, largement contesté par la communauté internationale pour son soutient au président syrien Bachar al-Assad, et sa volonté de se doter de la bombe atomique.
https://www.rtl.fr/actu/international/le-nouveau-president-egyptien-mohamed-morsi-veut-revoir-les-accords-de-paix-passes-avec-israel-7749963516
2012-06-25 10:46:00