2 min de lecture Diplomatie

"Le Liban est prisonnier d'une guerre froide entre chiites et sunnites", dit un expert

INVITÉ RTL - Le premier ministre libanais démissionnaire Saad Hariri était-il retenu de force en Arabie saoudite ? L'Iran est-elle à la manœuvre dans la région ? L'analyse du géopolitologue Frédéric Encel.

Générique 1 3 minutes pour comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
"Le Liban est prisonnier d'une guerre froide entre chiites et sunnites", dit un expert Crédit Image : AFP / PATRICK BAZ | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Yves Calvi
Yves Calvi et Loïc Farge

Saad Hariri "a accepté l'invitation" du président français Emmanuel Macron à se rendre en France, mais la date de sa venue lui appartient, a affirmé, jeudi 16 novembre depuis Riyad, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian. Le président libanais Michel Aoun a affirmé pour sa part qu'il attendrait le retour de son premier ministre (démissionnaire) de Paris pour discuter du sort de son gouvernement.

"C'est une forme d'exil", a décrypté sur RTL le géopolitologue Frédéric Encel, auteur de Mon dictionnaire géopolitique (éditions Puf). "Cela prouve que la France a encore un rôle à jouer au Liban, contrairement à ce que disaient beaucoup d'observateurs ces derniers temps", explique-t-il. 

Et de rappeler que ce n'est pas la première fois que des personnalités libanaises importantes viennent en France, "soit pour des consultations, soit pour y rester plus longtemps".

À lire aussi
Le président des États-Unis Donald Trump et Hassan Rohani, président de la République islamique d'Iran États-Unis
Donald Trump menace de provoquer la "fin officielle de l'Iran"

Pas de guerre en vue

L'annonce de la démission surprise du chef du gouvernement libanais, le 4 novembre à Riyad, intervenait dans un contexte de fortes tensions sur plusieurs dossiers entre les deux poids lourds de la région, l'Arabie saoudite sunnite et l'Iran. Beyrouth a accusé l'Arabie saoudite de retenir sur son sol Saad Hariri contre son gré. "Détenu ? Je ne crois pas. En revanche, je crois qu'Hariri a subi des pressions très fortes de la part de Riyad dans le cadre de cette vraie guerre froide qui prévaut entre le camp sunnite et le camp chiite", assure le spécialiste.

"On assiste à un affrontement entre deux blocs confessionnels. On dit souvent que ce n'est pas une guerre de religion. Peut-être. Mais c'est instrumentalisé comme tel", analyse Frédéric Encel. "Comme à l'époque de la vraie grande Guerre froide, on se bat pas directement, mais sur des théâtres d'opération périphériques : la Syrie, le Yémen, et peut-être un jour le Liban", poursuit-il. De là à se trouver possiblement proche d'une guerre dans la région, le géopolitologue en doute.

Le Liban est-il définitivement dans l'impasse ? "On est pas forcément au bord d'une crise aussi grave que celle qu'on a connu entre 1975 et 1991(...), mais l'État libanais restera faible faute d'une conscience suffisante par rapport à l’allégeance aux différentes communautés confessionnelles qui composent ce pays", prédit Frédéric Encel.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Diplomatie Moyen-orient Liban
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790987055
"Le Liban est prisonnier d'une guerre froide entre chiites et sunnites", dit un expert
"Le Liban est prisonnier d'une guerre froide entre chiites et sunnites", dit un expert
INVITÉ RTL - Le premier ministre libanais démissionnaire Saad Hariri était-il retenu de force en Arabie saoudite ? L'Iran est-elle à la manœuvre dans la région ? L'analyse du géopolitologue Frédéric Encel.
https://www.rtl.fr/actu/international/le-liban-est-prisonnier-d-une-guerre-froide-entre-chiites-et-sunnites-dit-un-expert-7790987055
2017-11-16 12:23:14
https://cdn-media.rtl.fr/cache/eQijzPXwcEvoWYvGEfcT-Q/330v220-2/online/image/2017/1116/7790990935_un-portrait-du-premier-ministre-libanais-saad-hariri-le-15-novembre-2017-a-beyrouth.jpg