1 min de lecture François Hollande

Le G8 veut une Zone euro "forte" avec la Grèce et encourager la croissance

Les dirigeants du G8 veulent trouver des solutions pour soigner le "malade" européen. Il y a bien sûr l'optique de favoriser la croissance de la Zone euro avec la Grèce toujours en son sein. Des mesures contre les déficits seront aussi prises. Par ailleurs, les chefs d'Etat ont souligné dans le communiqué final du sommet de Camp David que les mesures à prendre "ne sont pas les mêmes pour chacun" d'entre eux.

Les membres du G8 réunis à Camp David pour la photo de famille
Les membres du G8 réunis à Camp David pour la photo de famille Crédit : AFP / M.Ngan

François Hollande soutient la Grèce

"Le message que j'ai voulu porter (...) ça a été le souhait que la Grèce reste dans la zone euro, respecte ses engagements mais soit appuyée, accompagnée par l'Europe pour stimuler sa croissance. C'est cette démarche qui se retrouvera dans le communiqué", a déclaré M. Hollande devant la presse française.

Alors que le communiqué du sommet consacré à l'économie mondiale était publié au même moment, M. Hollande a indiqué que les participants avaient  "salué tous les éléments qui ont pu être faits ces derniers mois dans la plupart des pays pour redresser les finances publiques".

Mais il a noté qu'il restait "une incertitude pour la Grèce par rapport aux élections qui sont prévues le 17 juin" à la suite du blocage politique provoqué par les législatives du 6 mai. Ces dernières n'ont pas produit de majorité politique favorable au maintien du pays dans la zone euro.

A propos de la situation en Espagne, le nouveau chef de l'Etat français a dit avoir "souhaité que la question de la recapitalisation des banques, pas seulement espagnoles, soit évoquée".

"Mais il n'y a pas de mention de cette discussion dans le communiqué final dès lors que ce n'est pas un objet du G8 et du sommet", a-t-il expliqué.

La zone euro, sujet majeur du rendez-vous


La crise de la dette dans la zone euro divise les partisans de davantage de relance et ceux de la rigueur, sur fond de graves inquiétudes pour la Grèce, où cette crise se double d'un blocage politique avec l'échec de la formation d'un gouvernement après les législatives du 6 mai. Les Grecs sont à nouveau appelés aux urnes le 17 juin et leur sortie de l'euro est ouvertement évoquée.

Cette crise était le premier dossier examiné samedi matin par les dirigeants des huit pays les plus industrialisés et de l'Union européenne à Camp David, la résidence de campagne des présidents américains à 100 km de Washington.

Candidat à un second mandat le 6 novembre, M. Obama a mis en garde contre les effets néfastes des difficultés européennes sur la situation aux Etats-Unis où, même modeste, la croissance est revenue et le chômage a décru d'un point depuis août 2011.

Après la situation économique, les dirigeants du G8 et de l'UE vont se pencher successivement sur l'énergie, puis la sécurité alimentaire avec des dirigeants africains (Bénin, Ethiopie, Ghana et Tanzanie).

L'après-midi sera consacré à l'Afghanistan ainsi qu'aux pays du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord.

L'Afghanistan doit aussi être le sujet dominant du sommet de l'Otan qui démarrera dimanche à Chicago dans la foulée du G8.

(avec AFP)

Lire la suite
François Hollande Barack Obama Diplomatie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants