2 min de lecture Gouvernement

Le départ de François Rebsamen va-t-il pousser François Hollande au remaniement ?

La démission du ministre du Travail, François Rebsamen, pourrait donner l'occasion au Président de repenser son équipe gouvernementale et d'engager de plus vastes changements avant 2016.

François Hollande et Manuel Valls, le 13 juillet 2015 au ministère de la Défense
François Hollande et Manuel Valls, le 13 juillet 2015 au ministère de la Défense
Julien Quelen
Julien Quelen
Journaliste RTL

Au mois de juin dernier, alors que le gouvernement procédait à "un ajustement technique" (décrit ainsi par Manuel Valls lors de son passage au JT de TF1) concernant les portefeuilles de la Recherche et du Commerce, la ministre de l'Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem avait laissé entendre un mois plus tôt que ce changement pourrait s'inscrire dans un processus de remaniement plus large au sein de l'équipe ministérielle. Finalement, les deux postes avaient été attribués à Clotilde Valter et Martine Pinville, qui avaient fait leur entrée au gouvernement sans qu'aucun autre changement d'ampleur ne suive. La rumeur a pourtant laissé de manière sous-jacente la perspective d'un remaniement qui pourrait donc intervenir cet été. 

Le départ de François Rebsamen, réélu maire de Dijon, laisse vacante la place de ministre du Travail à laquelle plusieurs noms candidatent. Ainsi, ceux d'Alain Vidalies, de Stéphane Le Foll, de Bruno Le Roux ou encore de Jean-Marc Germain sont avancés pour ce qui pourrait être un simple remplacement. Ou pas. François Hollande, qui s'est déjà brièvement exprimé sur la question du remaniement annoncé en janvier prochain (selon Le Parisien, lors de sa visite en Égypte la semaine passée, le président s'est contenté de répondre à la question d'un journaliste par une autre question : "Qui vous a dit qu'il y aurait un changement en janvier ?"), pourrait avancer ses pions sur l'échiquier

Un choix stratégique en vue de 2017

Dans l'entourage du président, l'heure est à l'expectative. "Remaniement limité, grand mouvement ou formule intermédiaire, on est tous un peu perdu en conjectures", avoue ainsi un proche de l'Élysée dans les colonnes du Parisien. Quoi qu'il en soit, François Hollande et Manuel Valls, qui selon le quotidien national ont donné "quelques semaines" à François Rebsamen avant de quitter la rue Grenelle, se laissent la latitude nécessaire pour faire le meilleur choix stratégique à l'aube de 2016, dernière année avant l'élection présidentielle. 
Depuis quelques mois, les contours d'un important remaniement se font sentir, puisque certaines sources annonçaient des fenêtres de tirs après le Congrès de Poitiers, avant l'été ou bien après les élections régionales de début décembre. Même si les mouvements de plus grande ampleur au sein de l'équipe gouvernementale devraient en toute logique avoir lieu à partir du mois de janvier prochain, le départ de François Rebsamen pour la mairie de Dijon pourrait hypothétiquement accélérer la manœuvre.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gouvernement Remaniement ministériel Remaniement ministériel
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7779364722
Le départ de François Rebsamen va-t-il pousser François Hollande au remaniement ?
Le départ de François Rebsamen va-t-il pousser François Hollande au remaniement ?
La démission du ministre du Travail, François Rebsamen, pourrait donner l'occasion au Président de repenser son équipe gouvernementale et d'engager de plus vastes changements avant 2016.
https://www.rtl.fr/actu/international/le-depart-de-francois-rebsamen-va-t-il-pousser-francois-hollande-au-remaniement-7779364722
2015-08-13 11:00:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/D6E5FRwi3nnojJxRdogpOA/330v220-2/online/image/2015/0811/7779364702_francois-hollande-et-manuel-valls-le-13-juillet-2015-au-ministere-de-la-defense.jpg