1 min de lecture Défense

Le chef du Pentagone sur le porte-avions Charles-de-Gaulle, une visite hautement symbolique

Pour la première fois, un ministre américain de la Défense s'est rendu ce samedi 19 décembre sur un porte-avion français.

Le ministre de la Défense américaine Ashton Carter, le 18 novembre 2015.
Le ministre de la Défense américaine Ashton Carter, le 18 novembre 2015. Crédit : ALEX WONG / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

En pleine tournée au Moyen-Orient, le chef du Pentagone, Ashton Carter, s'est rendu ce samedi 19 décembre, en hélicoptère, sur le porte-avions français Charles-de-Gaulle a annoncé le ministère de la Défense. 

Le ministre de la Défense américain a été accueilli sur le bâtiment stationné dans le Golfe pour participer aux opérations contre Daesh par le secrétaire d'État français aux Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini. Son homologue français Jean-Yves Le Drian était retenu à Paris pour un séminaire gouvernemental. Il s'est entretenu par téléphone avec Ashton Carter alors que celui-ci était à bord. 

Une première pour un ministre de la Défense américain

Il s'agit d'une première pour un chef du Pentagone. Cette visite hautement symbolique intervient alors que le groupe aéronaval (GAN) constitué autour du Charles de Gaulle vient de prendre le commandement de la composante navale de la coalition anti-État islamique emmenée par les États-Unis.

Le contre-amiral français René-Jean Crignola, qui dirige le GAN, a pris le 7 décembre pour plusieurs semaines les fonctions de commandant de la coalition navale anti-EI, la Task Force 50 (TF 50), une première pour un non-Américain. Il travaille en étroite collaboration avec l’état-major naval régional américain de la coalition, l'USNAVCENT, basé à Bahreïn, qui opère sur une zone très stratégique, de la mer Rouge au Golfe. Concrètement, le contre-amiral Crignola gère les opérations au niveau tactique. Il assigne des zones, des positions et des missions aux bateaux de la coalition, en lien avec l'état-major américain.

À lire aussi
Un drone Reaper utilisé par l'armée française (Illustration). Défense
Comment la France a manqué le tournant stratégique des drones militaires

Le Charles-de-Gaulle va rejoindre dimanche sa zone de déploiement opérationnel dans le Golfe, après une première phase d'opérations contre Daesh en novembre et décembre en Méditerranée orientale, a précisé le porte-parole de l'état-major français des armées, le colonel Gilles Jaron. Les 26 chasseurs-bombardiers embarqués - dix-huit Rafale et huit Super Etendard - pourraient alors aussitôt reprendre leurs vols, au plus près du théâtre irakien, a-t-il ajouté. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Défense Diplomatie Syrie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants