1 min de lecture Économie

Referendum grec : Papandréou soutenu par son gouvernement

On, s'attendait à une éventuelle démission forcée. Après plus de six heures de négociations très tendues, le Premier ministre Georges Papandréou a finalement obtenu le soutien de son gouvernement pour l'organisation d'un referendum sur le plan de sauvetage financier de son pays. Le cabinet a également approuvé sa décision de demander vendredi un vote de confiance du Parlement. Le referendum pourrait se tenir dès le mois de décembre. Certains parlementaires de son parti, le Pasok, ont demandé la démission de Georges Papandréou, estimant qu'il mettait en péril l'appartenance du pays à l'Union européenne avec cette initiative référendaire. Son annonce a provoqué mardi une plongée des marchés financiers et des réactions de rejet implicite de la part de la France et de l'Allemagne.

micro générique
La rédaction numérique de RTL
et Alexia Kefalas

"Le référendum sera un mandat clair et un message clair en Grèce"

Le cabinet grec, réuni en session extraordinaire dans la nuit de mardi à mercredi, a approuvé "à l'unanimité" le projet de referendum sur le plan de sauvetage annoncé lundi par Georges Papandréou, a déclaré le porte-parole du gouvernement Elias Mossialos.

"Le referendum sera un mandat clair et un message clair en Grèce et à l'extérieur concernant notre avenir européen et notre participation à l'euro", affirme le Premier ministre dans un communiqué publié par ses services. "Personne ne pourra douter que l'avenir de la Grèce se trouve dans l'euro".

"Il y a une possibilité d'organiser le referendum avant janvier, en décembre" si la Grèce et les partenaires internationaux se mettent d'accord sur les modalités de l'accord de l'aide plus rapidement que prévu, a déclaré mercredi à la télévision publique le ministre de l'Intérieur grec, Haris Kastanidis. Un porte-parole du gouvernement grec avait indiqué dans la nuit que le referendum aurait lieu dès que possible.

La dernière fois que les Grecs se sont prononcés ainsi remonte au 8 décembre 1974. Ils avaient alors voté l'abolition de la monarchie, après la chute de la dictature des "colonels".

Papandréou sommé de s'expliquer à Cannes

S'il peut compter sur un soutien gouvernemental, Papandreou se prépare à un exercice délicat d'explication face à la France et à l'Allemagne qui souhaitent l'entendre mercredi sur le sujet avant le début du sommet du G20 à Cannes.

L'annonce-surprise lundi soir de ce référendum, qui a fait dévisser toutes les Bourses, a provoqué stupeur et indignation en Europe et dans le monde, un "non" des électeurs grecs pouvant être un prélude à une faillite du pays qui menacerait la viabilité de la zone euro.

L'accord européen du 27 octobre prévoit que les banques créancières de la Grèce acceptent de réduire de moitié la valeur des obligations de dette grecque qu'elles détiennent, ainsi que la poursuite du soutien financier des Etats européens à la Grèce, écrasée par sa dette et par la récession causée par les plans d'austérité successifs. En échange, il prévoit un renforcement du contrôle des créanciers sur la marche budgétaire du pays, une accélération du programme de privatisations et la poursuite des sévères mesures d'austérité débutées en 2010.

En pleine crise politique, la Grèce change tout son état-major militaire

Un conseil de sécurité de l'Etat, réuni sous la présidence du Premier ministre Georges Papandréou, a remplacé les quatre têtes de l'armée, le chef d'état-major des armées, les chefs d'état-major de l'armée de Terre, de la Marine et de l'Armée de l'air, et a déchargé de leurs fonctions une douzaine d'officiers de l'Armée et de la Marine, a indiqué le ministère de la Défense dans un communiqué publié dans la soirée.

Une source au sein du ministère a affirmé à l'AFP que les réunions avaient été programmées il y a longtemps, que ce grand remaniement était prévu et n'avait aucun lien avec la situation politique.

Lire la suite
Économie Crise économique Union européenne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants