2 min de lecture Vidéo

Présidentielle américaine 2016 : la victoire de Donald Trump, c'est la victoire de la démagogie, du nationalisme et du racisme, selon Alain Duhamel

REPLAY / ÉDITO - Le candidat milliardaire et mégalomane sera le représentant du parti républicain lors de la présidentielle.

micro generique La semaine politique d'Alain Duhamel Alain Duhamel
>
Présidentielle américaine 2016 : la victoire de Donald Trump, c'est la victoire de la démagogie, du nationalisme et du racisme, selon Alain Duhamel Crédit Image : Damien Rigondeaud | Crédit Média : Alain Duhamel | Date :
La page de l'émission
La Semaine Politique - Duhamel
Alain Duhamel Journaliste RTL

Dans la nuit du 3 au 4 mai, Donald Trump a remporté une victoire cruciale, celle de la primaire dans l'Indiana, et sera bel et bien le candidat du camp républicain à la Maison Blanche après le renoncement de son adversaire Ted Cruz. "Il faut se rappeler qu'il y a seulement 6 mois les meilleurs experts électoraux américains étaient extrêmement dubitatifs, qu'il n'y en avait pas un sur dix qui y croyait réellement", fait remarquer Alain Duhamel.

Il faut dire que Donald Trump, c'est le "candidat républicain le plus caricatural depuis le début des années 50". Il n'a aucune expérience des affaires publiques, son expérience considérable des affaires privées a été tumultueuse, avec deux faillites et, enfin, le personnage est complètement mégalomane. "Mais, on n'a pas tenu compte du fait qu'à la télévision il est exceptionnel dans un genre bizarre, mais exceptionnel néanmoins" et qu'il a su très habilement organiser la campagne autour de lui. Autre atout majeur pour lui, le ras-le-bol des catégories modestes de travailleurs blancs américains, "qui sont touchés par la pauvreté et qui ont peur de la mondialisation tout autant que les Européens."

Que retenir de cette victoire pour la présidentielle française

Dans la course à la Maison Blanche, Donald Trump affrontera sans doute Hillary Clinton, même si encore rien n'est fait dans la primaire démocrate. Bernie Sanders continue de faire une campagne honorable, mais "elle est trop expérimentée, elle est trop compétente, elle est trop brillante, elle est trop riche, elle a trop d'appuis..." Elle est, cependant, trop identifiée aux puissances d'argent et cela peut lui nuire. Elle restera tout de même une adversaire redoutable.

Cette première étape franchie par Donald Trump donne quelques indications sur ce que va être la campagne présidentielle française. La première : "Il peut se passer n'importe quoi dans une compagne y compris ce à quoi personne n'ose songer au départ." La deuxième : "Il y a manifestement, des deux côtés de l'Atlantique, dans les catégories modestes, originaires des pays en question, une tentation xénophobe, populiste, nationaliste". L'élection présidentielle en Autriche le prouve.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Vidéo Amérique du Nord États-Unis
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants