1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. La Turquie bientôt prête à combattre l'Etat islamique
1 min de lecture

La Turquie bientôt prête à combattre l'Etat islamique

La Turquie fait un pas de plus dans son engagement à combattre le groupe Etat islamique et se dit prête à combattre les jihadistes.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry et le chef de la diplomatie turc Mevlut Cavusoglu lors d'une rencontre à Kuala Lumpur en Malaisie, le 5 août 2015.
Le secrétaire d'Etat américain John Kerry et le chef de la diplomatie turc Mevlut Cavusoglu lors d'une rencontre à Kuala Lumpur en Malaisie, le 5 août 2015.
Crédit : BRENDAN SMIALOWSKI / POOL / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Après avoir autorisé les frappes de la coalition depuis ses bases, la Turquie affirme désormais être prête à combattre l'Etat islamique. 

"Actuellement, avec les Etats-Unis, nous entraînons et équipons l'opposition modérée et nous allons aussi démarrer notre combat contre Daech, bientôt, et de manière efficace", a assuré le chef de la diplomatie Mevlut Cavusoglu, lors d'une rencontre avec son homologue américain John Kerry en Malaisie. 

"Ensuite, ce sera plus sûr pour les opposants modérés qui combattent Daech sur le terrain", a-t-il ajouté.

Les deux ministres se sont rencontrés dans un hôtel de Kuala Lumpur, en marge d'un sommet régional sur la sécurité organisé par l'Asean. Les Etats-Unis encouragent depuis longtemps la Turquie, allié historique, a accentuer la lutte contre le groupe Etat islamique, ce qu'Ankara s'était montré réticent à faire jusqu'à peu.

Touchée par l'EI sur son sol, la Turquie se décide à réagir

À lire aussi

Cette position a changé après des attaques mortelles sur le sol turc, dont certaines ont été attribuées à l'Etat islamique (EI).

Depuis, la Turquie a mené une série de raids aériens, indiquant qu'elle ciblait des militants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans le nord de l'Irak, ainsi que des jihadistes de l'EI.
L’armée de l’air turque avait déjà mené en juillet des frappes aériennes qui avaient visé, pour la première fois, des objectifs jihadistes sur le territoire syrien.

La Turquie,  principal point de passage des recrues jihadistes vers la Syrie, était avant cela restée l'arme au pied face à Daesh. Elle avait refusé d'intervenir militairement en soutien aux milices kurdes de Syrie, par crainte de voir se constituer une région autonome hostile dans le nord de ce pays. "La République de Turquie est déterminée à prendre toutes les précautions pour défendre la sécurité nationale", a répété vendredi le bureau du Premier ministre Ahmet Davutoglu, au lendemain d'une réunion avec les chefs militaires et des services de sécurité.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/