4 min de lecture États-Unis

La législation sur les armes à feu divise l'Amérique

Ces quatre derniers mois, aux Etats-Unis, cinq Etats ont adopté des lois anti-armes alors que dix Etats, eux, décidaient de légiférer pour un usage plus étendue des armes à feu. Malgré les tueries. Et malgré le volontarisme de Barack Obama.

studio-rtl
La rédaction numérique de RTL

La tragédie de Newtown du 14 décembre dernier, où 26 personnes, dont 20 enfants, avaient trouvé la mort victimes d'un tueur isolé, n'aurait-elle servi à rien ? Si plusieurs Etats ont décidé de durcir la législation autour des armes à feu, d'autres, comme l'Arkansas ou le Tennessee, ont en revanche choisi d'étendre l'usage des armes à feu. Pendant-ce temps là, Barack Obama continue son combat en faveur d'un renforcement de la législation, face à un lobbying de la NRA toujours aussi présent dans un pays qui compte près de 300 millions d'armes en circulation. Pour 30.000 décès par an.

"Nous ne tournerons pas le dos à nos promesses". Le président américain Barack Obama, qui a rencontré lundi des familles de victimes de la tuerie de Newton, a (encore) solennellement promis d'oeuvrer en faveur d'un renforcement de la législation sur les armes à feu. Et notamment un contrôle plus stricte en ce qui concerne les armes d'assaut, qui ont été utilisées lors des récentes tueries, à Aurora ou à Newton.

Le Connecticut, marqué par Newton, durcit sa législation

Une rencontre qui a eu lieu dans l'Etat du Connecticut, qui vient de durcir sa loi concernant les armes à feu. Pour éviter que n'importe qui puisse acheter une arme à feu, les antécédents, (judiciaires et psychologiques), des acheteurs seront vérifiés. Le Connecticut a même décidé d'aller plus loin en interdisant plus de 160 armes d'assaut (66 précédemment) et en interdisant l'achat et la revente de chargeurs de grande capacité, soit plus de 10 balles. Ceux qui en possèdent n'ont pas à s'en débarrasser, mais devront être enregistrés.

Le soutien d'une majorité des Américains

Barack Obama
Partager la citation
À lire aussi
Sculpture d'un alien au bord de la route en Californie, connue sous le nom de "Gateway to Area 51" Perché
États-Unis : qu'est-ce que la zone 51, cette base militaire qui suscite tant de fantasmes ?

Si Barack Obama se félicite des choix pris par le gouverneur démocrate du Connecticut Dan Malloy, rappellant que d'autres Etats, comme le Colorado (où s'est produit la tuerie d'Aurora) et New York (où le maire Michael Bloomberg a lancé, sur ses deniers personnels, un egrande campagne pub pour contrer le lobbying de la NRA), ont légiféré en la matière, il appelle tous les Américains à suivre l'exemple en faisant, notamment, pression sur les élus au niveau fédéral. "Le temps est venu pour le Congrès de faire la même chose, maintenant", a t-il affirmé.

Le deuxième amendement paralyse les élus

Problème, les textes législatifs souhaités par Barack Obama après la tuerie de Newtown peinent à progresser à Washington, et ont été peu à peu vidés de leur substance: le volet sur les armes d'assaut, que le président a explicitement mentionné lundi, a ainsi déjà été retiré en commission par ses propres alliés démocrates au Sénat. Si Obama affirme que ces mesures "ont le soutien d'une majorité des Américains", certains élus soucieux de leur siège renâclent à l'idée de sembler empiéter sur le deuxième amendement de la Constitution, qui garantit le droit à posséder des armes.

L fracture nationale sur la question des armes à feu est bien réelle aux Etats-Unis, où certains Etats, malgré les tueries (ou à cause des tueries) ont adopté des lois pour étendre l'usage d'armes à feu. Des exemples parlant ? Dans l'Arkansas on a maintenant le droit d'être armé dans les églises et les universités. Dans le Dakota du Sud, les professeurs peuvent porter une arme. Dans le Tennessee, les employés peuvent venir armé au travail même si le patron n'est pas d'accord.

La NRA, le lobby le plus puissant de Washington

La fameuse National Rifle Association (NRA), qui défend depuis 1871 (!!!) une interprétation non-restrictive du deuxième amendement, mène un combat intense contre la campagne de Barack Obama. "Le combat du siècle" selon l'association, dirigée entre 1998 et 2003 par un certain Charton Heston. Une NRA qui se targue d'avoir connu une hausse massive du nombre d'adhérents depuis la tuerie de Newton en décembre dernier, une preuve, selon eux, que les Américains souhaitent s'armer pour défendre leurs proches.

Déclarations polémiques et tapageuses, clips "pro-guns" s'attaquant aux décisions de Barack Obama : la NRA, forte d'un budget annuel de 150 millions d'euros, reste le lobby le plus puissant à Washington. A l'année 780 employés et 125.000 bénévoles oeuvrent pour servir la cause des armes à feu. Le magazine Americain Rifleman, qui revendique 1.8 millions de lecteurs, se charge ensuite de faire le job, bien aidé par une chaire  à l'université George-Mason en Virginie. Outre des campagnes pubs, la NRA dispose de 20 millions d'euros chaque année pour soutenir les candidats aux élections qui se veulent "pro-guns".

>


>


Barack Obama, lui, patiente. Car malgré son nouveau plaidoyer lundi, le Président américain a concédé il y a peu être plus optimiste sur les chances d'une réforme de l'immigration que sur celles d'une remise à plat de la législation sur les armes, les deux dossiers phares du début de son second mandat au Congrès.  "Cela sera plus difficile d'arriver à légiférer sur les armes (...) au Sénat et à la Chambre, comme tant parmi nous le souhaitent, en particulier après la tragédie de Newtown. Mais je continue de penser que nous pouvons toujours y parvenir si nous restons actifs et engagés". Actif et engagé, comme la NRA.





 

Lire la suite
États-Unis Info International
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7760227140
La législation sur les armes à feu divise l'Amérique
La législation sur les armes à feu divise l'Amérique
Ces quatre derniers mois, aux Etats-Unis, cinq Etats ont adopté des lois anti-armes alors que dix Etats, eux, décidaient de légiférer pour un usage plus étendue des armes à feu. Malgré les tueries. Et malgré le volontarisme de Barack Obama.
https://www.rtl.fr/actu/international/la-legislation-sur-les-armes-a-feu-divise-l-amerique-7760227140
2013-04-09 16:45:00